Afrique du sud – Corruption: Jacob Zuma doit vendre ses vêtements pour payer ses avocats

L’ancien président sud-africain Jacob Zuma, acculé par le scandale de corruption, a déclaré vendredi qu’il était tellement démuni qu’il avait dû vendre des vêtements pour assurer les frais de justice afin de se défendre dans cette affaire.

Devant des accusations de corruption pour une affaire remontant aux années 1990, Zuma, 77 ans, était devant le tribunal cette semaine en quête d’une suspension permanente des poursuites. Il est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin de la société de défense française Thales lorsqu’il était ministre de l’économie, puis vice-président du Congrès national africain (ANC) dans les années 1990. Lui et Thales nient les accusations. « Je dois vendre des chapeaux et des chaussettes pour payer les frais judiciaires », a-t-il déclaré à ses partisans rassemblés devant le palais de justice de la ville de Pietermaritzburg, dans le sud-est de l’Afrique du sud. En décembre, un tribunal a jugé que Zuma, qui avait été évincé l’année dernière à la suite de plusieurs scandales de corruption, devait payer ses propres frais de justice. « Ils ne veulent pas de mes avocats, ils se liguent contre moi, mais je ne vais pas pleurer, je n’ai peur de rien », a déclaré Zuma, se référant au gouvernement de Cyril Ramaphosa.

---Publicité---

Il a déclaré qu’il avait dû renoncer aux avocats blancs qui le représentaient auparavant. « Je reste avec des avocats noirs parce qu’ils feront le travail même » s’il ne les a pas encore payés. Son avocat, Muzi Sikhakhane, a déclaré à la cour que « M. Zuma reste ici, pressé de tout ce qu’il peut faire. Il n’a pas de finances, l’État l’a pressé ». Zuma a été accusé de 16 chefs d’accusation de fraude, de racket et de blanchiment d’argent dans le cadre d’une transaction portant sur des armes coûtant plusieurs millions de dollars et datant d’avant sa prise de fonction en 2009. Tant Zuma que Thales demandent à la Haute Cour de la ville de Pietermaritzburg, dans le sud-est du pays, d’abandonner les poursuites. La décision est attendue à une date qui n’a pas encore été fixée.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus