Il serait mieux d’arrêter de manger si une mouche se pose sur votre repas

Lorsque les mouches se posent sur nos repas, notre premier réflexe c’est de secouer les mains pour les éloigner. Néanmoins, ces dernières sont plus sales que nous le pensions. Elles transportent des centaines d’espèces de microbes différents dont beaucoup sont nocifs pour la santé.

Après la lecture de cet article, vous risquez de mener une longue réflexion avant de consommer un repas squatté par des mouches. Ces insectes contiennent des centaines d’agents pathogènes et propagent de nombreuses maladies infectieuses puisqu’ils éprouvent un grand plaisir à explorer les endroits sales. Ils sont, les premiers à pénétrer les ordures et les aliments pourris, à parcourir les eaux usées, les excréments et même les cadavres puis finissent par promener leurs petites pattes sur les repas de l’homme.

---Publicité---

D’après une étude réalisée par les chercheurs en sciences de l’alimentation et de l’agriculture de l’université de Floride (USA), « Les mouches n’ont besoin de toucher votre nourriture que pendant quelques secondes pour que leurs pattes ou leurs minuscules poils transfèrent les germes pathogènes qu’ils abritent sur votre nourriture. ». Et plus, si une mouche s’attarde sur vos nourritures, plus le risque qu’elle les contamine devient plus grand. Quelques minutes suffisent pour que cette petite bête vomisse, défèque ou encore ponde des œufs sur votre nourriture.

Des vecteurs de maladies

Selon les scientifiques de l’université de Floride, les mouches transporteraient toutes les catégories de bactéries, de virus et de germes, en moyenne plus de 200, dont plusieurs sont à l’origine d’intoxication alimentaire, d’infections respiratoires et intestinales et de maladies contagieuses. Parmi ces bactéries on peut citer :

La salmonelle : une bactérie produisant des toxines agissant sur le système neurovégétatif et induisant des infections intestinales ;

E. coli : une bactérie intestinale pouvant entraîner des infections urinaires, la méningite et le sepsis ;

Proteus mirabilis : responsable d’infections des voies urinaires ;

l’Helicobacter pylori : un agent pathogène qui peut causer des ulcères à l’intestin ;

Les bactéries responsables de l’anthrax (maladie contagieuse caractérisée par la présence de furoncles avec du pus au niveau de la peau, de la fièvre et des troubles digestifs.).

Dans certaines zones notamment les plus pauvres et les plus polluées comme les bidonvilles où le niveau d’hygiène est totalement bas, les mouches peuvent engendrer des maladies infectieuses et transmissible plus effrayantes comme :

  • La tuberculose : une maladie infectieuse d’origine bactérienne potentiellement grave qui touche principalement les poumons ;
  • La dysenterie : une maladie infectieuse et contagieuse provoquée par divers agents pathogènes et caractérisée par des diarrhées violentes ;
  • La typhoïde : une infection potentiellement mortelle causée par la bactérie Salmonella. Elle se transmet généralement par l’absorption d’eau ou d’aliments contaminés par les mouches ;
  • Le choléra : fortes diarrhées menant à une sévère déshydratation.

L’Organisation des Nations unies pour la santé avait déjà fait remarquer dans une étude, que le choléra est causé par l’exposition des aliments à la saleté.

Que faut-il donc faire pour éviter les mouches?

Généralement, les mouches s’introduisent dans les habitations par toutes les voies à la recherche de nourritures ou d’un milieu où pondre des œufs.

En une année, cinq générations de mouches domestiques pourraient voir le jour dans une habitation. Il serait donc difficile de s’en débarrasser totalement. Toutefois, des mesures très simples pourraient être prise.

  • Fermer régulièrement les portes et les fenêtres ;
  • Mettre des barrières physiques telles que la moustiquaire aux portes et aux fenêtres ;
  • Mettre des rideaux anti-mouches ;
  • Fermer hermétiquement les poubelles ;
  • Manger souvent à l’intérieur ;
  • Ne pas laisser les aliments et les ustensiles à l’air libre ;
  • Eviter de laisser les boisons ouvertes surtout les plus sucrées ;
  • Ne pas faire ses besoins à l’air libre ;
  • Nettoyer les endroits où évoluent les animaux domestiques en prêtant attention aux excrétâts, l’un des importants générateurs de mouches ;
  • Eviter de mettre la vaisselle à l’air libre.

Suite à ces différentes révélations, si vous n’êtes vraiment pas déterminé à abandonner votre nourriture explorée par une mouche, il serait quand même plus judicieux de jeter la partie sur laquelle elle s’est posée bien que cette option ne soit pas trop rassurante.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus