Gabon – Flou sur la santé d’Ali Bongo: l’opposition « met en garde contre un passage en force »

Le Rassemblement héritage et modernité (RHM), parti d’opposition a tenu une conférence de presse ce vendredi 21 décembre 2018 à son siège pour se prononcer sur l’état de santé du président de la république Ali Bongo. Par la voix de son président Alexandre Barro Chambrier, le parti a demandé par correspondance, au premier ministre et à la présidente de la Cour constitutionnelle, de procéder à la désignation d’un collège de médecins pour s’assurer de la capacité d’Ali Bongo à diriger le Gabon.

Le président de « Les Démocrates » Guy Nzouba Ndama, de « l’Union nationale », Zacharie Myboto, l’ancien premier ministre Casimir Oyé Mba, le président de « Pour le changement » (PLC) Nicolas Nguema, Richard Moulomba ou encore les membres du cercle des sages de la République Paul Malekou et Eugene Kakou Mayaza, toute la crème de la classe politique gabonaise opposante, était de la rencontre du RHM avec les médias. La formation politique a exprimé son souhait de lever définitivement le point d’ombre sur la santé du président de la république Ali Bongo. Ainsi, elle a exigé qu’un collège de médecins gabonais assermentés aille examiner le président, absent du pays depuis bientôt 2 mois, afin d’apporter des réponses claires au peuple.

---Publicité---

« La dégradation de son état de santé entrave le bon fonctionnement des institutions politiques, administratives et sociales du pays, enraye la mise en application des procédures constitutionnelles, les us, coutumes et traditions républicaines », a déclaré Alexandre Barro Chambrier. Poursuivant son intervention, il s’interroge : « Une grande interrogation voire une incertitude demeure sur les capacités physiques et intellectuelles d’Ali Bongo Ondimba à exercer sa charge…du reste quel certificat médical dûment établi par une équipe médicale assermentée l’atteste ? » Il met alors « en garde le pouvoir contre toute tentative de manipulation, supposée ou réelle, qui viserait la prolongation de ce flou ou un passage en force ».

Soutenant « l’idée émise par Guy Nzouba Ndama, Zacharie Myboto et Anges Kevin Nzigou de l’envoi à Rabat d’une équipe médicale gabonaise constituée sur une base consensuelle, pour aller constater la capacité d’Ali Bongo Ondimba à poursuivre l’accomplissement des lourdes charges qu’il s’est octroyées », le leader du RHM souligne l’avenir incertain que fait planer cette affaire sur le pays et annonce l’envoie d’une « lettre collective au Premier Ministre et à la présidente de la Cour constitutionnelle pour la manifestation de la vérité et préserver la stabilité et la cohésion nationale », rapporte gabonmediatime.com.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus