--- Publicité---

Sénégal – Présidentielle 2019: le système de parrainage des candidatures, une nouvelle donne

L’ élection présidentielle au Sénégal est prévue pour février 2019. Les conditions pour candidater à cette élection et celles législatives, communales et autres connaîtront une innovation. Il s’agit du système de parrainage qui consiste à subordonner la validation des candidatures au parrainage par des électeurs régulièrement inscrits.

La révision de l’article 29 de la Constitution au Sénégal advenue le 19 avril 2018 passé ainsi que le vote du nouveau code électoral intervenu le 18 juin 2018 inaugurent quelques changements dans le processus électoral. Ainsi, l’article L57 du nouveau code électoral sénégalais stipule que: « toute candidature à une élection, présentée par un parti politique légalement constitué, par une coalition de partis politiques légalement constitués ou une entité regroupant des personnes indépendantes est astreinte au parrainage par une liste d’électeurs ».

---Publicité---

Il faut souligner que l’ancien code faisait déjà cette obligation de parrainage par des électeurs aux candidats indépendants. Il faut également retenir que le nouveau code n’oblige pas les candidats à ce parrainage mais permet qu’en toute liberté, ces derniers se fassent parrainer par les citoyens c’est-à-dire les votants, ceci leur permettra de tester leur influence politique avant la sanction proprement dite par les urnes. Pour Bernard Casimir Cissé, directeur de la formation et de la communication à la Direction générale des élections (DGE), du ministère de l’intérieur du Sénégal, cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS), « le parrainage reste libre, ce n’est pas une obligation. C’est un parrainage citoyen, mais tout électeur inscrit sur les listes électorales ne peut parrainer qu’une seule candidature ».

En quoi consiste concrètement ce parrainage ?

Le parrainage consiste pour les électeurs a signé des candidatures. Il est retenu un certain nombre de signature pour chaque type d’élections. Notre source, citant Bernard Casimir Cissé indique au sujet des modalités du parrainage, que pour la présidentielle, « le nombre de signatures exigées est de 0,8 % au minimum et 1 % au maximum des électeurs du fichier général ». elle a ajouté qu’une partie de ces signatures doit obligatoirement provenir de « 7 régions (sur les 14 que compte le Sénégal) à raison de 2.000 au moins par région, le reste réparti, sans quota, partout dans le pays et à l’étranger ». et que les modalités pour « les élections législatives, départementales, municipales et des hauts-conseillers sont prévues respectivement dans les dispositions des articles L.145, L.239, L.275, et L.197 » du nouveau code électoral.

D’après la même source citant le nouveau code, « dans une élection, un électeur ne peut parrainer qu’un candidat ou une liste de candidats et qu’une seule fois ». Et de préciser que : « la collecte de parrains est interdite dans les cantonnements militaires, paramilitaires, dans les services militaires, paramilitaires ainsi que dans les établissements de santé sous peine des sanctions ». Aussi faut-il mentionner que la loi interdit qu’un électeur signe plusieurs fois. Autrement dit, aucun électeur ne peut parrainer deux candidats à la fois. « Dans le cas d’une présence sur plus d’une liste, le parrainage sur la première liste contrôlée, selon l’ordre de dépôt, est validé et est invalidé sur les autres. » peut-on lire sur APS.
Pour ce qui concerne la présidentielle de février 2019, les listes de parrainage, seront joint aux pièces habituelles du dossier de candidature, et déposées du 11 au 26 décembre 2018 au greffe du Conseil constitutionnel. En vertu de l’article L.118 du code électoral, la responsabilité incombe au Conseil constitutionnel de contrôler et de vérifier au dépôt, les listes de candidatures recevables. Selon APS, « L’article L.121 du code électoral précise que quarante-trois jours avant le scrutin, le Conseil constitutionnel notifie aux mandataires concernés des dossiers déclarés invalides(…) ». Les mandataires ont 48 heures pour compléter leur dossier ou pour corriger les irrégularités.

En Afrique de l’ouest, le Mali est déjà accoutumé au système de parrainage qui est l’une des conditions de validation des candidatures aux élections présidentielles. A la différence du système de parrainage par les électeurs dit citoyens, envisagé actuellement au Sénégal, au Mali ce n’est pas d’un parrainage des électeurs qu’il s’agit mais du parrainage par les députés et les élus locaux.

En Europe, le parrainage est une pratique bien connue et bien répandue depuis maintenant quelques années. Le système de parrainage est réputé pour limiter les candidatures fantaisistes et garantir aux compétitions électorales tous leurs sérieux et permet d’impliquer davantage les citoyens dans l’animation de la vie politique.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus