La Guinée équatoriale exige la restitution de l’argent saisi par le Brésil

Vendredi, les bagages de Téodorin Obiang, le vice-président équato-guinéen, ont été saisis par la douane brésilienne avec une forte somme. Les autorités de Malabo ont immédiatement réagi et condamné un acte « illégal ». Mercredi, elles ont exigé la restitution de la somme saisie et s’offusquent par ce qu’elles appellent un comportement « inamical » des autorités brésiliennes.

Après lundi, la Guinée a encore réagit ce mercredi 19 septembre 2018 sur le sort réservé à son vice-président au Brésil. Le ministre équato-guinéen des affaires étrangères, Simeon Oyono Esono Angue, s’est exprimé et a dénoncé un comportement « inamicale » de la part des brésiliens et exige la restitution des fonds saisis. Pour sa part, l’ambassadeur du Brésil en Guinée, convoqué par le ministère des affaires étrangères, a indiqué que les agents de la douane ont fait leur travail, tous les voyageurs internationaux étant soumis aux normes nationales aéroportuaires.

---Publicité---

Fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang est au centre d’un froid diplomatique entre son pays et des puissances étrangères. L’ouverture d’une enquête en France pour “biens mal acquis” avait suscité de vives tensions entre Malabo d’un côté et Paris ainsi que la Suisse qui a également ouvert une instruction. Sa condamnation en octobre 2017 à trois ans de prison avec sursis en France pour blanchiment d’argent, n’a fait qu’exacerber ces tensions.

Teodorin Obiang, comme certains dirigeants africains cités dans cette affaire dite de “bien mal acquis” est accusé de mener un train de vie somptueux. En novembre 2016 notamment, la Suisse a saisi 11 voitures de luxe du dignitaire équato-guinéen. Des opérations coup de poing qualifiées d’ingérence et d’acharnement par Malabo.

---Publicité---

Sans commentaires
  1. Pierre Claver Ouedraogo dit

    AFRIQUE TRIBUNES

    FRONT ANTI-FRANC CFA : SI LA LUTTE SANS MERCI ENTRE LA GUINÉE EQUATORIALE ET SES PARTENAIRES AU DÉVELOPPEMENT M’ÉTAIT CONTÉE…

    Et de énième fois : voici la Guinée équatoriale de Teodoro Obiang Nguema de nouveau sur le banc des accusés ! Le fils du numéro équato-guinéen, par ailleurs numéro 2 du pays, Teodorin Obiang Nguema, a vu sa valise diplomatique fouillé de fond en comble.

    Récemment. En terre brésilienne. Par les agents des douanes préposés au contrôle à l’aéroport. Suite aux fouilles minutieuses qu’ils se sont autorisées contre les règles diplomatiques et protocolaires d’usage, des saisies ont été opérées sur les « biens mal acquis » de Teodorin Obiang Nguema.

    Prévisible, pourrait-on dire, puisque, il y a peu, la Guinée équatoriale des Obiang Nguema avait osé quitter la Zone franc en vue d’aller voir ailleurs en matière de ressources et d’indépendance monétaires.

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce désamour de la Zone franc constitue une importante perte de devises pour cette zone contrôlée à 100% et depuis 1945 par le Trésor français.

    Fort malheureusement pour les lutteurs anti-Franc CFA, compte-tenu du fait que les Obiang Nguema de la Guinée équatoriale sont loin d’être des saints en matière de gestion des ressources de leur pays, l’argent, les montres coûteuses et autres biens récemment saisis par le Brésil restent jusque-là entre les mains des autorités brésiliennes.

    Néanmoins, comme il fallait s’y attendre, la réaction de la famille présidentielle équato-guinéenne ne s’est pas fait attendre : Malabo exige la restitution intégrale et sans délai de tous les biens saisis sur la personne du numéro 2 du pays.

    Serait-ce le début d’un puzzle à moult rebondissements, quand on sait que de part et d’autre, les pouvoirs publics des deux pays se sont complètement fourvoyés dans les procédures administratives ?

    En attendant d’hypothétiques réponses à ces questions, le monde entier retient son souffle. Alors, wait and see…

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus