18 juillet 1918 – 18 juillet 2018 : il y a 100 ans, un patriarche nous est né !, « Madiba »

l était : Prix Nobel de la paix en 1993 pour avoir évité une guerre civile que beaucoup disaient inévitable, dans un pays longtemps dominé par la minorité blanche, qui avait mis en place un régime de développement séparé, l’Apartheid.

Il était : un  terroriste pour le Congrès américain à l’instar d’Ernesto Che Guevara, Salvador Allende et Patrice Lumumba. Jusqu’en 2008, son nom et celui de ses compagnons de l’ANC figuraient sur la liste des personnes à surveiller dans les bases de données de l’immigration américaine.

---Publicité---

Il était : un terroriste pour Jean-Marie Le Pen qui, président du FN en 1990, déclarait à la libération du patriarche « Cela ne m’a ni ému, ni ravi. J’ai toujours une espèce de méfiance envers les terroristes, quel que soit le niveau auquel il se situe ».

I dream of an Africa which is in peace with itself. Nelson Mandela

Il était : Docteur de  « L’UNIVERSITÉ ROBBEN ISLAND ». Après plusieurs années de lutte contre l’Apartheid, d’arrestations et de procès, il est condamné en 1964 avec sept de ses compagnons à la prison à vie pour sabotage, trahison et complot. Durant toute sa captivité, il refuse d’être libéré contre le renoncement public à la lutte anti-apartheid. Il est finalement « diplômé » de la « prestigieuse université  ROBBEN ISLAND », le 11 février 1990 après avoir passé 27 ans et demi à « étudier ».

l était : un pacifiste, car après sa libération, il poussera l’exemple du pardon jusqu’à serrer la main du procureur afrikaner qui voulait le pendre en 1964 et rendra visite à la veuve du Dr Verwoerd, l’architecte historique de l’apartheid.

To deny people their human rights is to challenge their very humanityNelson Mandela

Il était : président de l’ANC en 1991, supervise et dirige les négociations de la transition. En 1994, l’ANC remporte une très large victoire et il est investi Président de l’Afrique du Sud le 27 avril de cette année, poste qu’il occupe jusqu’en 1999 pour laisser la place à Thabo Mbeki.

Nelson Rolihlahla Mandela surnommé « Madiba », puisque c’est de lui qu’il s’agit, est né le 18 juillet 1918 à Mvezo (province du Cap) et est mort le 5 décembre 2013 à Johannesburg (Gauteng).

It always seems impossible until it’s done.Nelson Mandela

Madiba, ainsi que le surnommaient affectueusement ses compatriotes, a laissé  à l’Afrique et au monde entier une marque. Celle du pardon et du renoncement de soi, loin du capitalisme et du mercantilisme éhontés de la société post moderne. Une marque pour la jeunesse africaine en perte d’identité dans un contexte de crise socio culturelle et politique. Une marque pour les dirigeants du monde entier, surtout ceux africains assoiffés du pouvoir et en perte d’inspiration de leadership. Une marque, celle de la paix, qui peut se construire même dans l’adversité. Un marque, celle de l’homme noir qui, malgré la fougue, la rage et la haine de l’oppresseur blanc,  a pu montrer son humanité et le démontrer à travers le pardon. Ce pardon dont a besoin le Rwanda, ce pardon dont a besoin le Togo pour se reconstruire, ce pardon dont a soif le Congo pour se réconcilier avec elle, ce pardon dont souffre les centrafricains pour enterrer la hache de guerre, ce pardon dont l’Afrique a besoin pour se réconcilier avec elle –même.

Le 18 juillet, jour de naissance de Nelson Mandela, est déclaré par l’Assemblée générale des Nations Unies comme « Journée internationale Nelson Mandela », ceci depuis novembre 2009.

L’objectif est d’exhorter le monde entier à consacrer 67 minutes de son temps à aider les autres ce jour. Soixante-sept, c’est le nombre d’années que Mandela a consacré à la politique, à la lutte contre l’apartheid et à l’émergence d’une société non raciale et non sexiste. Donc ce n’est pas vraiment l’homme mais plutôt l’héritage et le combat de Nelson Mandela qui seront célébrés.

Il s’agira alors de promouvoir ; ce 18 Juillet et au-delà de ce jour, les valeurs de liberté, de justice et de démocratie en s’appuyant sur l’exemple et l’action de Nelson Mandela. C’est une journée qui doit amener chaque individu à essayer de surmonter l’égoïsme et la vanité pour se consacrer aux autres comme l’a fait « Madiba » durant tant d’années. Au-delà d’une journée de célébration, l’objectif est également d’apprendre à «faire de chaque jour une journée Nelson Mandela».

Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. Nelson Mandela

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus