Epidémie d’Ebola en RDC : L’OMS se prépare à réagir au «pire des cas»

Au moins 32 cas d’Ebola «suspects, probables et confirmés» ont été enregistrés en RDC depuis avril, selon l’OMS. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’elle se préparait au «pire des cas» car elle s’occupe de la récente propagation du virus Ebola mortel en République démocratique du Congo.

L’agence onusienne de santé commencera à envoyer des vaccins « le plus vite possible » dans la ville de Bikoro et ses environs, où 18 personnes seraient mortes du virus ces dernières semaines, a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus dans un post Twitter vendredi.

---Publicité---

Selon Al Jazeera, une équipe d’experts de l’OMS, aux côtés des responsables régionaux de la santé et du personnel de l’organisation médicale internationale Médecins Sans Frontières (MSF), travaille à Bikoro dans le cadre d’une réponse médicale coordonnée à la crise. Les tests de laboratoire effectués plus tôt cette semaine dans la capitale, Kinshasa, ont abouti aux deux seuls cas confirmés de virus, qui n’ont pas de remède prouvé, en RDC depuis le début de l’épidémie.

Selon les estimations de l’OMS, au moins 12 autres personnes sont soupçonnées d’avoir contracté le virus au cours des cinq dernières semaines, ce qui signifie que 32 cas d’Ebola «suspectés, probables et confirmés» ont été enregistrés en RDC depuis début avril. Trois agents de santé sont parmi ceux qui ont été touchés.

« Une urgence internationale de santé publique »

Dans un communiqué publié mardi, le ministère de la Santé de la RDC a déclaré que le pays faisait face « à une nouvelle épidémie du virus Ebola, qui constitue une urgence internationale de santé publique ». Il convient donc, à juste titre de se poser la question à savoir : Est-ce que Ebola a vraiment disparu?

Les derniers cas surviennent moins d’un an après la dernière épidémie d’Ebola confirmée en RDC en mai 2017, au cours de laquelle huit personnes ont été infectées, dont quatre sont décédées. C’est la neuvième fois que le virus Ebola a été enregistré en RDC. Peter Salama, directeur général adjoint de la préparation et de la réponse aux urgences de l’OMS, a déclaré que l’organisation était «très préoccupée» par la situation actuelle en RDC.

« Le problème ici est que nous avons déjà trois endroits différents qui rapportent des cas qui couvrent jusqu’à 60 km et peut-être plus », a déclaré Salama vendredi à l’ONU dans la ville suisse de Genève. « Nous planifions tous les scénarios, y compris le scénario le plus défavorable. »

Le virus Ebola, qui peut causer de multiples défaillances d’organes, a tué plus de 11 300 personnes en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016, alors qu’il traversait la Guinée, la Sierra Leone et le Libéria.

Taux de mortalité de 50%

Le taux de mortalité moyen parmi les personnes infectées par le virus est d’environ 50 pour cent, selon l’OMS. Les symptômes précoces comprennent la fièvre, la douleur musculaire et la fatigue suivies de vomissements, de diarrhée, d’éruptions cutanées et de saignements, internes et externes, apparents dans les gencives, les yeux, les voies nasales et les fèces.

Ébola, découvert en 1976 et nommé d’après le fleuve Ebola nord de la RDC, est contracté par l’homme par contact avec le sang, les sécrétions, les organes ou autres fluides corporels d’animaux infectés, en général des roussettes, des chimpanzés, des gorilles et des singes.

Le virus est transmis d’humain à humain par contact avec la bouche, le nez ou une peau lésée avec du sang ou d’autres fluides corporels de personnes infectées.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus