Congo-Brazzaville : 15 ans de prison requis contre le général Michel Mokoko

Le procureur de la Cour d’appel de Brazzaville a requis 15 ans de détention minimum ce vendredi après-midi contre le général Jean-Marie Michel Mokoko. La cour s’est retirée pour délibérer.

L’ex-chef d’état-major, conseiller du président congolais et candidat à l’élection présidentielle de 2016 Jean-Marie Michel Mokoko, est jugé à Brazzaville pour « atteinte à la sûreté de l’Etat », une accusation qu’il nie.

---Publicité---

« Le fait d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État étant amplement constitué à l’encontre du général Mokoko, (…) vous lui fixerez une peine de détention qui ne sera pas en dessous de 15 ans », a déclaré le procureur général dans son réquisitoire devant la cour criminelle de Brazzaville.

Les avocats n’ont pas pris la parole. La défense a qualifié le procès de « règlement de comptes politique ». L’accusé a choisi de se taire, invoquant l’immunité qu’il affirme tenir de son statut de « dignitaire de la République ».

Le général Mokoko, 71 ans, a été arrêté en juin 2016 trois mois après avoir défié le président Denis Sassou Nguesso à la présidentielle de mars 2016.

Après délibéré, la cour a estimé qu’elle était compétente pour juger le général mais sans vider explicitement la question de l’immunité. Décision « sans valeur » estime la défense. Simple stratégie pour « pousser le général Mokoko à parler » et donner une « apparence équitable » à ce procès.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus