Benin: deux ans de gestion de Patrice Talon, les Béninois s’impatientent toujours

Patrice Talon est à la Marina depuis le 06 avril 2016. Il a été plébiscité à plus de 65 % lors de la dernière présidentielle ayant consacré sa victoire face à l’ancien Premier ministre, Lionel Zinsou. Elu dans un climat de rejet du regime précédent, Talon a promis monts et merveilles aux Béninois assurant rompre tout lien avec la gestion de son prédécesseur, Boni Yayi. Après deux années de gouvernance, les béninois s’impatientent toujours.

Depuis l’installation de son gouvernement, Patrice Talon a entrepris  des reformes pour le bien-être du peuple Béninois. C’est dans ce cadre que le Programme d’Action du Gouvernement (PAG)  aété lancé en décembre 2016 pour constituer la boussole des actions du gournement de la rupture.

---Publicité---

Les premières actions de la gouvernance Talon

Le premier conseil des ministres du gouvernement Talon a fait le grand ménage. Les derniers concours frauduleux organisés par le précédent  régime et qui créaient la polémique au sein de l’opinion publique ont été annulés. Dans un communiqué rendu public par la Présidence à l’époque, l’Etat a suspendu la procédure d’engagement dans la fonction publique, des agents recrutés à l’occasion des concours organisés depuis le 1er janvier 2015 dans tous « les corps de l’Etat ». « Il a en outre  décidé du gel de tous les recrutements dont le processus était en cours » .  Les concours ont été désormais confiés à une autre structure Étatique. Aussi, faut-il faire remarquer qu’une vingtaine de décrets signés par son prédécesseur Thomas Boni Yayi a été abrogé notamment les décrets relatifs aux primes accordées aux directeurs de cabinet des ministères, secrétaires généraux et adjoints, des décrets d’application portant sur le statut spécial des personnels des forces de sécurité publiques et assimilées notamment, du décret portant sur le statut spécial du personnel des douanes, et du décret portant sur les statuts particuliers des corps et personnels de l’administration des douanes et droits indirects.

Le gouvernement de la rupture a audité  les représentations diplomatiques du Bénin à Paris et à Washington. Mettant  fin à l’existence de certaines représentations diplomatiques  jugées inutiles. Il avait donc décidé de redéfinir la carte diplomatique du pays.  La gestion de certains ministères et   structures Étatique ont été aussi auditées. L’utilisation des postes téléviseurs a été proscrite dans l’administration publique. En ce qui concerne les réformes constitutionnelles, le premier conseil des ministres a décidé de créer une commission chargée des réformes institutionnelles. Notons que l’usage anarchique des gyrophares par les cortèges officiels a été interdit.

Les avancées notables

Rappelons que le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) a été lancé en décembre 2016. Ce programme définit  les actions du gouvernement pour le Bénin dans tous les secteurs et dans tous les domaines d’activité.

En deux années de gouvernance, plusieurs reformes ont été engagées et ce, dans plusieurs domaines. Au niveau de l’administration, des  sociétés d’Etat ont été supprimées ou restructurées, c’est le cas de la Sonapra, de l’Anader et de l’Onasa.  En matière d’organisation des concours d’Etat, Talon a réussi à ramener la confiance et l’égalité. La restructuration de l’administration est en cours. Les résultats des concours d’Etat ne font plus objet de polémique et leur organisation a été confiée à une structure.

Contrairement au précédent gouvernement, la lutte contre la corruption a pris un nouvel élan et le dernier rapport 2017 de ‘’Transparency International’’ en témoigne. En effet,  la République du Bénin a connu un bond qualificatif en quittant la 95ème place (rang occupé en 2016) pour la 85ème place en 2017 avec une note de 39 points sur 100 contre 36 points en 2016. Ces résultats démontrent  la volonté de l’actuel gouvernement  à lutter contre le phénomène de la corruption.

Sur le plan sécuritaire, des reformes importantes sont à noter même si tout n’est pas rose. Les béninois ont assisté à la Fusion de la gendarmerie et de la police. C’est désormais la Police Républicaine. Le gouvernement mène actuellement une lutte implacable contre la cybercriminalité à travers l’opération dénommée « Rambo ». La libre circulation des biens et des personnes constitue une réalité sous le régime de Talon. La fin des barrages policiers sur les routes béninoises en dit long.

Dans le domaine de l’agriculture, le Bénin se porte mieux selon la dernière sortie médiatique du ministre de tutelle. À l’en croire , la campagne cotonnière 2016-2017 a battu tous les records avec une production de 453 012,6 tonnes.

Au niveau du tourisme, le gouvernement a lancé plusieurs projets.  il s’agit de la recréation du parc W Pendjari, en parc de référence de l’Afrique de l’Ouest ; de la réinvention de la cité lacustre « Ganvié » ; de la transformation d’Abomey en pôle touristique des arts et culture ; de l’édification d’un musée international des arts, culture et civilisation vaudou à Porto-Novo ; de la création d’une expérience touristique premium autour des « Tata » à Boukoumbé ; de la reconstitution de la cité historique de Ouidah, la recréation à l’identique de la route de l’esclave sans oublier l’aménagement de stations balnéaires et écologiques (Avlékété, Djègbadji, Bouche du Roy).

Au plan social, l’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch) a été lancé, elle vise à sortir les béninois de la précarité. D’un montant de 313 milliards de F Cfa, ce projet est financé à hauteur de 10% par le gouvernement béninois, et le reste par les partenaires techniques et financiers. Le premier volet de l’Arch est l’assurance maladie. Cette assurance consiste à favoriser l’accès à tous, aux soins de santé sur toute l’étendue du territoire national.Ce sont un peu les avancées de la gouvernance de Patrice Talon.

 Les échecs de Patrice Talon

« Il  faut reconnaitre que les échecs sont inhérents à toute vie humaine. En 02 ans, on ne peut pas apprécier le mandat d’un Président qui doit faire  05 ans»  pense  Félicien Fangnon, journaliste au quotidien ‘’Le Matinal ’’

Si d’importantes réformes sont à noter, le plus grand  échec de la gouvernance de Patrice Talon demeure le rejet du projet de « Révision Constitutionnelle » en mars 2017. Un texte de loi jugé « despotique » par l’opposition ;  et qui  a été retourné au gouvernement. Un vœu si cher à ce dernier, que depuis, son gouvernement peine à s’en remettre.  Peu après cette débâcle de Porto-Novo, le ministre de la justice, Joseph Djogbenou, va déclarer que l’actuel gouvernement fera la politique avec la ruse et la rage.

Au plan social et économique, le panier de la ménagère s’est considérablement réduit. Les casses musclées pour libérer les espaces publics occupés illégalement, ont plongé beaucoup de Béninois dans le chômage. La grève en cours dans presque tous les secteurs de la vie économique, ont tôt fait de paralyser le pays. Certains estiment que le Bénin serait incapable de payer ces fonctionnaires; et que le pays serait asphyxié économiquement. Les négociations Gouvernement et  Confédération-Syndicales  sont au point morts. « Mépris, autocratie et accaparement du patrimoine national » s’indigne Léonce Houngbadji, le président du Parti pour la libération du peuple (Plp) dans une vidéo postée sur Facebook

Sur le plan démocratique, pour la plupart,  Patrice Talon peine à respecter les décisions de  la Cour constitutionnelle et celles des juridictions. La Cour constitutionnelle du Bénin ne bénéficierait même plus de financement de la part de son gouvernement. Le projet de retrait du droit de grève aux magistrats et aux agents de santé en janvier 2018 démontre à lui seul le recul des libertés.

Beaucoup estiment aussi que la décentralisation sous la gouvernance de Talon a pris un sérieux coup. Depuis son élection, plusieurs communes ont connu des changements à leur tête. Les vents de destitution ont soufflé sur des communes comme Ouidah, Parakou, Djougou, Bonou et autres.

 « Je comprends ces incompréhensions exprimées ici ou là. Je mesure les tensions qu’elles génèrent ainsi que les amalgames auxquels elles conduisent. . Ces crispations circonstan­cielles laisseront échapper les sillons nouveaux de l’Etat moderne auquel chacun de nous aspire. J’en tiens grand compte et suis persuadé qu’en apprenant de la situation sociale actuelle, nous saurons trouver les solutions les plus efficaces, en tant que société organisée, pour aller durablement de l’avant » s’est exprimé Patrice Talon dans un message adressé aux peuples Béninois à l’occasion de la commémoration de ces deux années au pouvoir.

Tout n’est donc pas encore perdu, Patrice Talon a encore trois années pour relever le  défi à lui confier par le peuple béninois.

---Publicité---

3 commentaires
  1. Kouame habib dit

    Vous Navez pas encore compris que les chefs d’État africains sont contrôles et qu’en dépit de toute leur bonne fois pour développer leur pays il NY arriveront pas, c pas une fatalité mais il faudra se défaire des français et du francs cfa

  2. Eugène sehou dit

    Deux pour serrer les ceintures, oui Dieu merci nous sommes maintenant dans la bonne marche parait il.

    Le pays va changer peut etre .

    Mais cette gouvernance est exceptionnelle.
    En matière d’ écoute et d émission

  3. Yari dit

    Le Président doit écouter le peuple s’il tient à la réussite. Pour l’heure ce n’est pas encore le cas c’est plutôt de l’obstination, l’entêtement, la persistance dans l’erreur, basé sur l’excès de confiance, le règlement de compte aux pauvres populations que nous sommes pris entre l’étau des politiques.
    Il est difficile de comprendre la manière dont les reformes sont conduites en générant trop de casses irréparables. Existe t il quelque part un traitement qui tue le malade avant de lui redonner vie et santé ?
    Nous avons assisté à des casses sauvages de petites entreprises quoique informelles que l’État même finançait à travers les imf, le licenciements de plusieurs milliers de travailleurs, la privatisation voire liquidation des sociétés, la création d’autres au mépris des textes, la vassalisation de l’Assemblée générale, la presse totalement bâillonnée, la prédation de la liberté syndicale, les insultes à une couche de travailleurs etc.
    Lorsque la liste des problèmes engendrés est aussi longue le tableau sombre ne permet plus de voir les réussites.
    Talon doit revoir sa gouvernance en prenant en compte le souhait du peuple dans ses reformes.
    Il doit expressément donner satisfaction aux grévistes non pas en débloquant toutes les incidences ici et maintenant mais en soignant ses propos et ceux de ses ministres et aussi et surtout en prenant langue de manière sincère avec les grévistes pour la satisfaction des revendications dans le temps.
    Souhaitons lui bonne chance et que le seigneur l’inspire.

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus