--- Publicité---

Pierre-Monique Adjanonhoun : « je tiens à ce qu’elle soit la patronne de sa catégorie » (vidéo)

Après sa bourse Olympique, Océanne Ganiero n’a pas mis du temps pour débuter sa préparation. Ainsi une équipe de notre rédaction a assisté à une des séances d’entraînement sous les ordres de Pierre-Monique Adjanonhoun, entraîneur à Saint Brice en France, Directeur technique d’un grand département. 

Dans cet entretien que ce dernier nous a accordé, il a parlé de lui, de sa vision pour Océanne Ganiero, fer de lance du Karaté chez les filles au Bénin. « Je tiens à ce qu’elle soit la patronne de sa catégorie » nous a-t-il confié. Pierre-Monique a aussi laissé un conseil d’aîné aux jeunes amoureux du Karaté qui rêvent d’aller plus loin. 

---Publicité---

L’intégralité de l’entretien

Après 25 ans hors du Bénin, qu’est-ce qui vous ramène ?
Ça fait plus de 25 ans que je suis parti, mais j’ai toujours mon cordon qui est lié au Bénin surtout à mon club. Je ne peux m’empêcher d’y être. Le Karaté, je l’ai débuté ici.

Je trouve normal qu’à chaque fois que je mets pied au Bénin d’être ici et de pouvoir participer, contribuer, aider les miens au bon fonctionnement et à l’évolution du Karaté. S’il y a un petit message à passer, je serai toujours là…

Est-ce le Karaté qui vous a fait voyager ?
Le Karaté ne m’a pas fait voyager. J’aurais bien aimé qu’il me fasse voyager comme Océane. Après moi, je suis né en Occident. Moi, c’était vraiment pour les études. Mais ça ne m’a pas empêché d’avoir mon « Kimono » dans le sac et de continuer le Karaté qui est le mien.

On a suivi l’une de vos séances d’entraînement avec Océanne Ganiero récemment Boursière Olympique, comment la trouvez-vous en tant que technicien ?
Je pars du principe que quand on est courte et qu’on a la passion… Maintenant, comme je le dis souvent, elle va souffrir, elle pleurera et dès lors qu’elle passera ce cap-là, elle ira très loin. Le rêve est réalisé (avec l’attribution de cette bourse Ndlr). Maintenant, comme je le dis souvent, elle va souffrir, elle pleurera et dès lors qu’elle passera ce cap-là, elle ira très loin.  

Vous nourrissez l’ambition de la voir patronne de sa catégorie en Afrique ?
 Elle est numéro 1 africain dans sa catégorie, donc le but, c’est qu’elle puisse le confirmer. Moi, je ne m’inquiète pas qu’elle fasse partie des meilleurs, par contre, il faut qu’elle pleure qu’elle souffre… rire

Un message à l’endroit des jeunes Karateka qui rêve du haut niveau ?
Il faudrait qu’ils écoutent, parce qu’ils ont la chance d’avoir quelqu’un comme Rock Quenum (président de la Fédération béninoise de Karaté) qui les écoute. Ils n’ont qu’une chose à faire : écouter, la rigueur et de l’envie et ils iront très loin.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus