--- Publicité---

France : Nicolas Sarkozy renvoyé en tribunal correctionnel pour « trafic d’influence » et « corruption »

Après son renvoi dans l’affaire Bygmalion, c’est pour celle dite des écoutes que l’ancien président est renvoyé devant un tribunal, quelques jours seulement après sa mise en examen dans l’affaire libyenne.

Nicolas Sarkozy est renvoyé en tribunal correctionnel pour « corruption » et « trafic d’influence », révèle le journal Le Monde ce jeudi. L’ex-chef de l’État est mis en cause dans une affaire de trafic d’influence à la Cour de cassation.

---Publicité---

Selon le Monde, les juges d’instruction ont signé, jeudi 29 mars, la demande de renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris de l’ex-chef de l’Etat, aux côtés de son avocat et ami, Thierry Herzog, et d’un ancien haut magistrat, Gilbert Azibert, tous trois renvoyés pour des soupçons de corruption et de trafic d’influence. Soit des qualifications plutôt infamantes, s’agissant d’un ancien chef d’Etat… La décision découle du réquisitoire du Parquet national financier (PNF), en octobre 2017, lequel PNF assurait que l’enquête des juges avait « mis en évidence des charges lourdes et concordantes à l’encontre de MM. Azibert, Herzog et Sarkozy », pour le recours, notamment, à des lignes téléphoniques sous des noms d’emprunt.

Nicolas Sarkozy va contester cette décision

Dans cette affaire, dite « des écoutes téléphoniques », l’ancien président de la République est soupçonné d’avoir aidé Gilbert Azibert, ancien avocat général à la Cour de cassation, à obtenir une mutation en Monaco en échange de renseignements sur l’avancée d’une autre procédure.

Le parquet national financier, qui avait requis en octobre le renvoi en correctionnelle pour Nicolas Sarkozy, avait fait de même pour son avocat Thierry Herzog et le magistrat impliqué, Gilbert Azibert. Le Monde confirme qu’ils sont eux aussi renvoyés devant tribunal. Les avocats de Nicolas Sarkozy ont d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient contester ce renvoi en « saisissant la chambre d’instruction ».

Une affaire dans les affaires

Dans ce dossier des écoutes, qui recoupe les affaires Bettencourt et celle du financement libyen présumé de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy avait été mis en examen en juillet 2014 pour trafic d’influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel.(voir notre vidéo de l’époque, ci-dessous).

Marathon judiciaire pour Nicolas Sarkozy

Outre ce renvoi en correctionnelle, Nicolas Sarkozy a été mis en examen le 21 mars dans l’affaire du financement libyen présumé, et placé sous contrôle judiciaire. Dans l’affaire Bettencourt, l’ex-chef de l’État a bénéficié d’un non-lieu en octobre 2013. L’ancien président est, enfin, renvoyé en correctionnelle dans l’affaire Bygmalion, dans laquelle il est accusé de financement illégal de son autre campagne présidentielle, en 2012.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus