UAC: selon le Pr Thiery Alavo, les mauvaises conditions d’étude sont dues au détournement

Les conditions d’étude au sein de l’université d’Abomey Calavi ne sont pas les plus reluisantes.  Suivre son cursus et décrocher des parchemins dans cette université publique qui est la plus grande au Bénin est tout un parcours de combattant. Pour le professeur titulaire, Thiery Alavo, fondateur du Centre Edward Platzer pour la lutte raisonnée contre les vecteurs du paludisme à  l’université d’Abomey Calavi, les conditions difficiles d’étude sur le campus d’Abomey Calavi sont des conséquences de mauvaises orientations économiques  et de l’absence de transparence dans la gestion des ressources financières du campus.

Pionnier de la lutte contre la mal gouvernance sur le campus d’Abomey Calavi notamment au cours du second mandat du recteur Brice Sinsin, le professeur Thiery Alavo n’a pas porté de gant en accusant son collègue de détourner les fonds devant servir à la formation des étudiants.

---Publicité---

Avec l’avènement de la nouvelle équipe rectorale conduite par le professeur da Cruz, le défenseur de la cause des étudiants exprime sa satisfaction de voir que le programme présenté par la nouvelle équipe a rompu avec certaines déviances qu’il dénonçait mais souhaite que le gouvernement ait un droit de regard dans la gestion de l’université d’Abomey Calavi.

« Si vous lisez le programme de l’équipe qui a gagné les élections, toutes les propositions qu’ils ont faites dans leur programme sont contraires aux pratiques mises en place par le recteur Brice Sinsin. Elle a dit que l’argent versé par les étudiants sera automatiquement reparti par la banque. C’est à dire quand on sait que 1% doit aller au rectorat, 1% aux formations, on fait la répartition au niveau de la banque pour que l’argent ne soit plus au niveau du rectorat pour qu’il soit obligé de le dépenser pour empêcher les étudiants de suivre leur formation. Ils ont proposé ça; est ce que ça va être fait, je ne sais pas » a fait remarquer le professeur Thiery Alavo.

A l’en croire, le gouvernement ne peut pas rester totalement en retrait de la gestion des ressources de l’université d’Abomey Calavi et la décision du gouvernement de créer un conseil d’administration pour cette université est une décision salutaire.

« On ne peut pas compter sur la bonne foi des gens. Nous avons un gouvernement qui doit veiller au grain; c’est pourquoi je suis content que le gouvernement ait décidé de créer un conseil d’administration à l’université d’Abomey Calavi. Ce conseil d’administration s’il est installé et si c’est des gens de bonnes moralités qui ont le souci de l’intérêt général, toutes les anomalies que j’ai cité ne devaient plus avoir lieu. Un conseil d’administration permet si on veut dépenser 1F par exemple, on se demande si c’est judicieux de faire cette dépense. si on a pas de matériels dans un laboratoire, on ne peut pas décider d’acheter une voiture de fonction » indique t-il.

Le professeur Thiery Alavo dit ne pas comprendre qu’une équipe rectorale décide par exemple d’acheter une série de véhicules de luxe alors qu’il n’y a pas de l’argent pour former des étudiants qui ont chèrement payé pour se faire former. Il en appelle à la responsabilité du gouvernement pour que l’université d’Abomey Calavi cesse d’être un lieu de non droit.

« Il y a la bonne volonté des nouvelles autorités et il y a le gouvernement qui a l’obligation de faire quelque chose pour que l’université cesse d’être une zone de non droit. Les étudiants versent annuellement 10 Milliards à l’université d’Abomey Calavi. Le salaire des enseignants est payé par le trésor public. Qu’est ce qu’on fait avec 10 Milliards annuellement pour qu’on manque encore d’argent pour former les étudiants; c’est ça que je ne comprends pas. Le gouvernement doit donc suivre de très près. Il faut fouiller pour savoir. Pourquoi on est dans un pays où les gens volent l’argent public et puis on ne fait rien? Il faut que ça change » conclut -il.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus