Angola : adoption de lois pour rapatrier les capitaux des « angolais malhonnêtes » à l’étranger

Le nouveau Président angolais Joâo Lourenço, dans sa volonté de respecter l’une des mesures prioritaires de sa campagne qui est la lutte contre la corruption, avait soumis au parlement, mercredi 7 février 2018, un projet de loi sur le rapatriement des capitaux déposés à l’étranger de façon illégale.

Le successeur d’Eduardo dos Santos, qui vise à stimuler l’investissement national et lutter contre la corruption, avait demandé aux « Angolais malhonnêtes », de rapatrier les fonds détournés et détenus illégalement à l’étranger, dans les mois à venir sous peine de poursuites judiciaires.

---Publicité---

Le parti au pouvoir disposant de la majorité absolue au parlement, son adoption n’a posé aucun problème.

Selon Agence Ecofin, le parlement vient d’approuver deux textes portant sur le rapatriement des capitaux angolais domiciliés à l’étranger. Le premier texte, soumis par l’exécutif, porte sur le rapatriement de ces ressources, tandis que le second, proposé par l’Unita (principal parti d’opposition du pays) concerne le régime extraordinaire de régulation des actifs.

Selon le texte soumis à l’étude du parlement par l’exécutif, poursuit le quotidien, les Angolais disposant à l’étranger de fonds non déclarés auront six mois pour les rapatrier sans subir de tracasseries de la part des services fiscaux du pays. La proposition de l’Unita, elle, veut soumettre ces fonds à une taxe de 45%.

Ces textes qui concernent aussi bien les personnes physiques que les personnes morales visent les montants supérieurs à 100 000 $, détenus tant en liquide qu’en certificats de dépôts, titres, et autres instruments financiers, incluant également les polices d’assurance-vie adossées à des fonds d’investissement.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus