Santé au Bénin: les grévistes désavouent Bio Tchané et durcissent le ton

La nouvelle n’est pas bonne pour les usagers de nos centres de santé. Contrairement aux propos d’espoir donnés par le ministre d’État chargé du plan et du développement faisant état d’une possible sortie de crise et la suspension des mouvements de débrayage dans le secteur de la santé à la suite de la rencontre tenue  par les deux parties, les responsables syndicaux sont  montés au créneaux et crient à la trahison.

À en croire la déclaration desdits responsables syndicaux, la grève est bien loin de terminer. Ils infirment les déclarations faites par le ministre Abdoulaye Bio Tchané et décrètent la poursuite des mouvements de grève qui pourraient à les croire, passer à une grève sans service minimum.

---Publicité---

Très remontés par le comportement du ministre Abdoulaye Bio Tchané, les grévistes ont monté d’un cran leur mécontentement et promettent répliquer à la hauteur de la trahison du gouvernement. « …Nous allons répondre à la ruse par la rage… » a martelé Adolphe Houssou pour dénoncer les déclarations faites par le ministre du plan.

Selon lui, les syndicats du secteurs de la santé n’ont eu aucun accord formel avec le gouvernement au cours de la dernière séance qu’ils ont tenu avec le gouvernement. Le ministre est entré dans la salle de négociation et a fait sortir tous les journalistes. Il a ensuite distribué un protocole d’accord aux syndicalistes. Protocole que les syndicalistes ont rejeté parce qu’il ne prenait pas en compte leurs revendications notamment leur plan de carrière. La séance fut donc suspendue suite à ce rejet.

Mais à la grande surprises des syndicalistes qui ont participé à cette séance, le ministre dans un point de presse annonce la suspension des mouvements de grèves; explique Adolphe Houssou.

Selon lui, ce n’est pas le gouvernement qui a lancé les mouvements de grève et il ne lui revient pas de prendre une motion de suspension. C’est aux syndicalistes de décider ou non de suspendre la grève qu’ils ont lancé.

Ce comportement du ministre est considéré par les syndicalistes comme une trahison, une ruse du gouvernement et ils décident de radicaliser leur position afin d’amener le gouvernement à prendre ses responsabilités et à arrêter le marché de dupe dans lequel il entraîne les syndicalistes.

Les jours à venir peuvent donc être dramatiques dans nos hôpitaux et contres de santé si le gouvernement du « Nouveau Départ » ne prend pas la mesure de la situation et rappeler les syndicalistes à un dialogue plus franc et sincère.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus