Nucléaire : Kim Jung-un a annoncé être capable de frapper « la totalité du continent américain »

Après le nouveau missile balistique testé, mercredi 29 novembre, par la Corée du Nord, Pyongyang affirme que Hwasong-15 est susceptible d’atteindre les États-Unis en tous points de leur territoire. le régime de Kim Jung-un a annoncé être capable de frapper « la totalité du continent américain ».

« Le grand succès de l’essai de l’ICBM Hwasong-15 est une victoire qui n’a pas de prix, remportée par le grand peuple héroïque » de Corée du Nord. La presse officielle a parlé de l’arme la plus sophistiquée à ce jour. D’après Pyongyang, l’engin a atteint une altitude de 4 475 kilomètres avant de s’abîmer à 950 kilomètres du site de lancement.

---Publicité---

Un spécialiste occidental a jugé que sa trajectoire en cloche, à la verticale, suggérait qu’il avait en fait une portée de 13 000 kilomètres, soit la plus longue pour un missile testé par la Corée du Nord, qui mettrait chacune des villes principales des Etats-Unis à sa portée.

La Corée du Nord dit avoir atteint son objectif « historique » de devenir un Etat nucléaire

La présentatrice favorite du régime nord-coréen, Ri Chun-kee, est apparue à la télévision officielle pour annoncer ce succès. « Kim Jong-un a déclaré avec fierté que nous avons finalement réalisé notre grande cause historique, l’achèvement d’une force nucléaire d’Etat, la mise au point d’une puissance balistique », a-t-elle déclaré.

Emmanuel Macron depuis Abidjan a condamné par tweet ce nouvel essai de la Corée du Nord.

Le ministre américain de la défense, Jim Mattis, a dit que ce tir avait atteint la plus haute altitude de tous ceux effectués par Pyongyang et qu’il représentait « une menace partout dans le monde ». Il a ajouté que les militaires sud-coréens avaient tiré des missiles de précision en mer pour « s’assurer que la Corée du Nord comprend bien qu’elle peut être prise sous le feu de notre allié ».

Ce tir a eu lieu huit jours après la décision de Washington de réinscrire la Corée du Nord sur la liste noire des « Etats soutenant le terrorisme », un geste qualifié de grave provocation par Pyongyang.

Donald Trump était au Congrès au moment du tir, « et il a été informé de la situation en Corée du Nord tandis que le missile était encore en vol », a dit Sarah Sanders, la porte-parole de la Maison Blanche. Le Pentagone dit quant à lui avoir « détecté un probable tir de missile en Corée du Nord ». « Nous sommes en train d’évaluer la situation et fournirons plus de détails quand nous en aurons », ajoute-t-il.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus