Burkina Faso : les étudiants de Ouagadougou ou les « cancres » de la sous-région?

« …mais moi je ne peux pas m’occuper d’électricité dans les universités au Burkina Faso… c’est le rôle du président » ; c’est la phrase d’Emmanuel Macron, le président français en réponse à une question d’un étudiant burkinabé sur le fait que les universités au Faso ne sont pas climatisées.

---Publicité---

Après cette réponse, les étudiants qui étaient dans la salle se sont mis à applaudir, à rire ou à pousser des cris d’admiration de l’auteur, Macron. Le président Kaboré du Faso, qui y était aussi, est sorti de la salle. On pourrait croire qu’il s’est senti  humilié par les propos du jeune Macron.

Rock Marc Christian Kaboré est peut-être sorti de la salle parce qu’il avait honte ; honte non pas des propos et comportements humiliants de « l’arrogant » Macron, mais plutôt des questions  idiotes, obtuses et complètement inutiles que se sont mis à poser des étudiants apparemment trop cons et trop cancres pour aborder des sujets importants pour l’Afrique.

Tellement il y avait de sujets à aborder. La question du CFA, la crise migratoire, la tutelle de la France, l’ingérence dans les affaires internes des pays, l’assassinat de Kadhafi, le pillage des ressources de l’Afrique, les conspirations pour déstabiliser les pays, etc.… On en finirait pas de citer. Mais il faut croire que les fameux étudiants du Burkina Faso n’étaient pas très inspirés en ce moment, comme par magie.

Que savent-ils exactement de l’Afrique finalement ces drôles d’étudiants ?

Il faut se demander si ces étudiants sont au courant de se qui se passe en Afrique ; il faut chercher à savoir si les étudiants ouagalais sont au courant qu’ils ont été choisis pour porter la voix de toute la jeunesse africaine. Sinon, une seule question revient dans la tête de tous les africains : les jeunes burkinabés, vivent-ils dans la même Afrique que celle des jeunes des autres pays ?

MACRON A OUAGADOUGOU : CEUX QUI ÉTAIENT DANS L’UNIVERSITÉ ONT …

[LA FRANCE SE TROMPE DE DÉFI, DE GÉNÉRATION ET D’ÉPOQUE] ✊🏿♥️✊🏿♥️✊🏿♥️: LA JEUNESSE AFRICAINE A ÉTÉ ÉCARTÉ PAR LA FORCE POUR LE PRÉSIDENT DU PAYS DE LA DÉMOCRATIE ET DES DROITS DE L'HOMME. La jeunesse burkinabé dit: " Que les sociétés françaises quittent l'Afrique, Areva prend l'uranium du Niger pendant que le Niger est dans le noir , les sociétés prennent le bauxite de l'Afrique (…) nous voulons aujourdhui que les societes africaines à CAPITAUX africains puissent avoir l'exploitation de NOS mines en Afrique , nous ne voulons plus que nos chefs d'etats signent un seul traité ,un seul arrété de commerce avec ces Europeens. Nous ne voulons plus en emigration ,nous ne voulons plus aller en esclavage Libye, nous voulons des EMPLOIS CHEZ NOUS ICI, avec des societes dont les revenus vont RESTER ICI en Afrique, dont les profits vont rester en Afrique." ✊🏿♥️Honte à la France et à son Valet Kaboret. Prenons conscience notre rôle n'est pas que de dégager les dirigeants africains , si on dégage les dirigeants africains sans dégager la France, c'est peine perdu. La preuve quand les burkinabé on dégagé Blaise Compaoré, ils l'ont remplacé par un autre serviteur de la France Kaboret. La racine du mal, c'est la France. Il faut déloger l'impérialisme occidentale de l'Afrique avec les dirigeants africains achetés par la France . C'es la seule voie. VIVE LA JEUNESSE AFRICAINE NOUS SOMMES L'AVENIR DE L'AFRIQUEÀ bas la France, à bas l’impérialisme

Publiée par Soutien aux Mobilisations contre le Franc CFA sur Mardi 28 novembre 2017

N’ont-ils pas conscience de la situation grave de tutelle dans laquelle se retrouve leur continent ? Ne sont-ils pas au courant que la France et l’occident tiennent les couilles à leurs dirigeants afin que ces derniers leurs livrent sur un plateau doré, les ressources dont dispose l’Afrique ? Mais que leur apprend-t-on dans cette université bon Dieu ?

En tout cas le jeune Macron ne s’est pas privé de faire son « one man chow »; il s’est retrouvé en position de force et en a profité pour se moquer d’eux pendant qu’ils ne faisaient qu’applaudir, rire et admirer leur bourreau déguisé en bouffon , ces imbéciles.

L’Afrique ne méritait pas de se faire humilier de la sorte. Car en fait, le monde entier voit en ces étudiants burkinabés, toute la jeunesse africaine donc, toute l’Afrique. Le choix du Burkina Faso et surtout des étudiants n’est peut être pas anodin ; Macron et sa clique avaient peut-être déjà eu vent du manque de matière grise dans les universités ouagalaises.

Toutefois, il faut dire que ce « petit incident » n’engage en rien les peuples africains, la jeunesse africaine. Ce n’est quand même pas une petite partie de cirque organisé entre des étudiants encore sous le joug du colon dans leur têtes et leur maître à qui ils demandent de faire son devoir en améliorant leurs conditions de vie.

Non ! Non ! Et non ! Cette mascarade ne doit pas entacher la détermination et l’engagement des africains à se battre avec hardiesse pour leur liberté, le développement de leur continent et surtout leur épanouissement. Lesdites aides que l’Europe apporte en guise « d’aide à l’Afrique » ne sont qu’une infime partie de ce qu’elle vole à l’Afrique. En fait, c’est finalement ce pauvre continent, l’Afrique, qui nourrit le monde entier.

---Publicité---

2 commentaires
  1. TODJINOU Moussa Edgard dit

    Je qualifierais ces étudiants africains d’immatures et d’irresponsables. Comment peuvent -ils poser la question de la non climatisation des amphithéâtres burkinabé au Président Français?
    Moi j’étudie ici dans différents amphithéâtres français et laissez moi vous dire les salles ne sont pas climatisées. Chers frères africains, réveillez vous!

  2. sailliard christian dit

    il y a de vrais problemes en afrique, moi je voudrai bien m’occuper de mes amis au Benin , leur apporter mon savoir pour l’eau et l’electricite, mais ca fait deja 1 an que le palabre avec des decideurs ! meme creer ma societe au Benin est un probleme… ! ils preferent faire la fête au village, ou dormir allonge sur leur zem…

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. AccepterEn savoir plus