Bénin: « Nous allons nous battre pour reprendre notre droit civil et politique », Théophile Yarou

L’opposition béninoise ne compte pas se laisser exclue des prochaines législatives au Bénin. Les membres de l’opposition défendent mordicus cette position et comptent utiliser tous les moyens légaux pour des élections inclusives au Bénin. Dans son intervention sur Sikka Tv dans la soirée de ce mardi 02 avril 2019, Théophile Yarou affirme avec conviction qu’une élection sans l’opposition n’est pas possible au Bénin.

Pour l’opposition béninoise, les textes internationaux auxquels le Bénin a souscrit, les dispositions légales notamment l’article 69 de la constitution béninoise seront exploités pour contraindre le gouvernement à revoir sa position pour des élections apaisées. « Nous allons nous fonder sur la constitution de notre pays pour nous battre. Nous allons nous fonder sur les droits que nous donne notre constitution, les instruments internationaux en matière de liberté, de droit pour nous battre. Nous allons nous battre les mains nues pour reprendre notre droit civil et politique; notre droit de participer aux élections » a insisté le député Théophile Yarou.

Cette conviction bien qu’étant légitime et légale semble avoir du mal à convaincre les membres de la majorité présidentielle. Pour ces derniers, la participation de l’opposition ne serait plus une question à l’ordre du jour. La dernière sortie du député Abdoulaye Gounou de la mouvance présidentielle pour qui « les élections législatives auront bien lieu le 28 avril sans l’opposition » est une preuve.

Depuis plusieurs jours, on assiste à un jet verbal entre opposition et mouvance. Ce jet laisse entrevoir un conflit post-électoral dont « les conséquences pourraient conduire le Bénin vers le chaos». selon le politologue Juste Codjo.

Commentaires (3)
Ajouter un Commentaire
  • Florian Danton

    Chèrs Opposants si vous voulez ou pas l’election aura bel et bien lieu le 28 Avril 2019 car force doit rester à la loi parce qu’il est temps qu’on finisse avec le desordre dans le pays. En democratie il est bien anormal d’aller aux elections sans l’opposition mais dans ce cas bien precis on ne peut jamais en aucun cas forcer un parti qui ne veut se conformer de se conformer à la nouvelle loi de la charte des partis politique. A cet effet je vous rappelle que vous pouvez que vous usez de tous vos moyens financiers, technique, naturels, surnaturels, physiques ou chimiques vous ne pouvez jamais bloquer le processus ça je vous le jure car vous êtes à la base de cette crise pre-electorale.

    • Achile

      Hahaha,
      Vous les mouvanciers ou rupturiens, vous ne cessez de végéter dans la bêtise. Vous ne vous faites pas rire vous-même ? LOL
      Vous parlez de quel peuple et de quelle loi ?
      Primo, parlez pour vous et vos comptes en banque qui j’espère pour vous sont bien alimentés pour la dépravation intellectuelle et morale dont vous faites malheureusement preuve devant le monde entier. C’est HONTEUX !
      Le peuple est du côté de l’opposition actuelle et le restera.
      Secondo, vous dites « force doit rester à la loi ». De quelle loi parlez vous ? Celle que la mouvance a violée un nombre incalculable de fois ? En ne respectant aucune décision de justice qui ne lui convient pas ? En enfrayant délibérément les procédures légales pour servir les intérêts de leurs ambitions diaboliques ?
      Mais à qui pensez-vous que vous mentez ? Vous vous mentez à vous-mêmes.
      Ouvrez les yeux ! Le Peuple n’est plus dupe.
      Au fait, parlons de loi comme vous disiez.
      Commencez par annuler tous les dossiers de candidature des mouvanciers puisque la CENA elle même a reconnu avoir commis des erreurs sur ces dossiers qui ne devaient donc pas être candidats. Ensuite, re-conduisez le président de la CENA au tribunal pour en répondre.
      Ensuite convoquez le ministre de l’intérieur au tribunal pour qu’il explique pourquoi il a délivré des certificats à des partis qui n’étaient pas conformes à la soit disant charte des parties, en violation entre autres à son article 15.
      Vous êtes ridicules ! Vous vous croyez plus malin maintenant hein ?
      Paix à son âme, feu général Mathieu Kerekou avait dit : ces mouvanciers sont des intellectuels tarés. Ils disent même « allons d’abord aux élections, et après on discutera ». Mais avec qui vous voulez discuter après? Avec vous-même ? Vous êtes ridicules.
      On ne sait pas sur quoi vous comptez, mais rassurez-vous : on trouve toujours plus fort et plus rusé que soi.
      Puisse Dieu Tout Puissant nous venir en aide.

  • Babaguidq

    Mon cher ami Florian , tu doit être malade pour soutenir l’idée selon laquelle on va aux élections sans partis de l’opposition. Dans quel pays au monde as tu jamais entendu parler de ça ? Mieux je pense que tu dois être cynique