Cameroun – vidéo d’exactions: les premiers soldats mis aux arrêts

Les appels de la communauté internationale et de l’ONG Amnesty international ont visiblement porté leurs fruits. Les enquêtes sur la vidéo virale sur les réseaux sociaux qui montrait des soldats camerounais exécutant des civils dont des enfants dans la région de l’Extrême-Nord, ont aboutit à l’arrestation de trois soldats camerounais, présumés impliqués dans la vidéo, qui ont été remis à la Sécurité militaire (Sémil) dans la ville de Maroua, ont rapporté jeudi des médias locaux..

Citant une source militaire s’exprimant sous le sceau de l’anonymat, le site « cameroun 24 » indique que les « trois soldats avaient été arrêtés depuis le week-end et qu’ils avaient été formellement reconnus par des camarades d’armes ». Le gouvernement camerounais n’a encore fait aucune déclaration au sujet de ces arrestations, jeudi à 15h30 GMT.

Le porte-parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary avait affirmé, au lendemain de la diffusion de la vidéo, devenue rapidement virale sur le web, qu’il s’agissait d’une fausse information et a écarté toute implication des militaires. Le chef de la division de la communication au ministère de la Défense, le colonel Didier Badjeck, avait également dénoncé « une vidéo truquée » et un « véhément mensonge ».

L’organisation de défense des droits de l’homme, Amnesty International, avait affirmé, dans un rapport, avoir des « preuves crédibles » que les hommes armés exécutant des civils sur la vidéo, étaient « des militaires camerounais ». Une conviction partagée par le Réseau des défenseurs des droits de l’homme en Afrique centrale (REDHAC).

Commentaires (0)
Ajouter un Commentaire