Bénin : des policiers bastonnent un instituteur et sèment la terreur dans sa classe

Panique générale ce lundi matin à l’École Primaire Publique d’Adavihoué-Ablome-B dans la commune de Klouekanmey. Un enseignant a été sauvagement bastonné devant ses élèves pendant que ceux ci étaient en composition. Impuissant face aux hommes en uniforme et solidement armés , les enfants en pleure ont pris la tangente à travers la brousse pour se sauver.

Selon son collègue Kowoké Firmin, enseignant en classe de CI , témoin des faits, les forces de l’ordre , au nombre de 10 dont 6 en uniforme et 4 en civile ,ont fait irruption dans la classe de la victime, et sans mots se sont mis à le tabasser comme un criminel avec des coup de matraque et de pieds venant de toute part pour anéantir son collègue. Observant la scène depuis sa salle, il s’est dépêché vers la classe de ce dernier, pour demander ce qui se passait auprès des policiers. Mais ces derniers lui ont demandé de les rejoindre au commissariat de Klouekanmey, ce qu’il fera; le Directeur de l’école étant allé photocopier des épreuves pour l’évaluation en cours.

Le temps qu’il ne se rende au commissariat , le transfert de son collègue avait été déjà décidé. Il a juste eu le temps d’entendre qu’on l’envoyait à Savalou. Et c’est ici qu’il aura une version des raisons de la maltraitance de l’instituteur.

Selon les explications reçues au commissariat de Klouekanmey, l’enseignant serait rentré en altercation avec un policier sur un terrain de football à Savalou le samedi dernier. Le policier lui aurait lancé la main dans le visage, pendant que ce dernier essayait de le calmer, car il repoussait les spectateurs autour du terrain avec brutalité. L’enseignant, vue son âge avancé, n’a pas voulu laisser passer l’affront du policier, d’où l’altercation. Voilà la version servie par le commissariat de Klouekanmey pour justifier l’acte , que le témoin juge d’inhumain.

Aux dernières nouvelles, les écoliers qui ont trouvé refuge dans la brousse, traumatisés refusent de rejoindre leur classe. Il faut noter que c’est après leur départ pour Savalou que le mandat d’arrêt a été présenté.

Commentaires (12)
Ajouter un Commentaire
  • Abdoul

    C’est ça qui ce dit force de l’ordre des
    Fainéants comme ceux là. Réglement de compte il faut que le gouvernement face quelque chose cars en ce moment il ne connaisse pas quelles rôle il faut joué pourquoi on les paye

  • SALAHOU YEKINI Aboul-Wahab

    Vu l’exposé des fais, je pense que ces policiers ont commis le crime d’abut d’autorité et ont agis comme de vulguères delinquants. L’endroit choisi pour leur forfait étant inaproprié il doivent répondre de leurs actes de barbarie sans raison valable devant le procureur de la république. Enfin la victime doit être remise en liberté.

  • André ODON-ARO

    Ou va notre democratie ?

  • TCHINGA

    ce qui est sûr ‘il n’est pas le seul enseignant dans cette école à travers la narration des faits est ce qu’il est le seul spectateur non! pourquoi il s’est opposé aux injonctions du policier en tant qu’un instituteur celui qui d’ailleurs est censé donner un bon exemple par tout où il se trouverait et il est allé jusqu’à entrer en altercation avec l’agent dans l’exercice de sa fonction c’est l’outrage l’infraction est consommé .Le faite qu’il soit matraqué dans l’école prouve une fois encore qu’il s’est opposé à nouveau devant cette dizaine de flics car je suis sûr et certain qu’aucune interpellation pendant laquelle l’interpeller se soumet n’entraînerait jamais des coups de matraques .

  • Ephrem

    Si les faits tel que relatés s’avéraient, il faudra alors traduire ces policiers en justice toit simplement. Qu’ils aillent répondre de leur acte devant la justice car ils n’hésitent effectivement pas parfois à s’en prendre aux spectateurs à tort et à travers.j’ai failli être victime d’un cas pareil et je sais comment ça commence

  • line

    Ces policiers devraient être renvoyés de la police et devraient dédommager la victime.
    Bande de sauvages.

  • Aboud

    C’est horrible ! un tel acte de ne doit se produire dans une véritable démocratie.
    Les plus hautes autorités de ce pays doivent vraiment sévir et ne pas laisser un tel acte de barbarie impuni. Une pensée pour ces élèves traumatisés.

  • Angy

    Ceci est pire que dans un état de dictature. L’enfant va devoir porter plainte et accompagné par une plainte du directeur de l’école. Et au mieux il lui faut un bon avocat afin que ces dits policiers soient juges et condamné à la hauteur de leur acte.

  • Angy

    L’enseignant devrait porter plainte

  • Angy

    Ceci est pire que dans un état de dictature. L’enseignant va devoir porter plainte et accompagné par une plainte du directeur de l’école. Et au mieux il lui faut un bon avocat afin que ces dits policiers soient juges et condamné à la hauteur de leur acte.

  • Liso

    C’est déplorable

  • meyer

    connaissez vous les suite de cette affaire on en parle plus ?????