Bénin: un enseignant épinglé pour faux et entrée frauduleuse dans la fonction publique

La brigade de recherche de Cotonou a procédé dans la journée de ce mardi 5 décembre 2017 à l’arrestation d’un enseignant du cours secondaire pour faux et usage de faux et entrée frauduleuse dans la fonction publique. Une arrestation qui fait suite à une enquête diligentée par les services compétents après les fuites de la manœuvre de l’homme.

Il n’a jamais été au concours de recrutement dans le corps enseignant au Bénin. Il n’a également passé aucun test en la matière. Il ne dispose même pas d’une qualification adéquate pour l’enseignement et l’authenticité de ses diplômes reste toujours à prouver. Mais il a été Agent permanent de l’Etat (APE) avec un numéro matricule, un salaire dû à son rang et un traitement digne d’un agent de sa « trempe ». Lui, c’est l’enseignant Bodjrenou  (absence de prénom pour besoin d’enquête complémentaire), précédemment enseignant de Français dans un collège d’enseignement général dans le département du plateau.

« Nous avions fait la vacation avec lui l’année passée dans le CEG d’Azowlissè dans le département de l’Ouémé avec le même statut de contractuels locaux communément appelés vacataires », a signalé un de ces collègues, lui, enseignant de philosophie qui a requis l’anonymat. Pour cet enseignant qui a été admis au dernier concours de recrutement dans l’enseignement en tant qu’Agent contractuel de l’Etat (ACE),

il ne comprend pas la gymnastique de son « ami » qui s’est vu octroyer le statut d’Agent permanent de l’Etat (APE) sans même participer au concours des ACE alors que l’Etat béninois n’a pas encore organisé un concours pour les APE au titre de l’année 2016-2017.

Contacté, un de ses directeurs dit n’avoir pas compris le mécanisme qui a propulsé si vite et en espace de six (6) mois, cet enseignant qui avait été pourtant vacataire dans son collège au cours de l’année scolaire 2016-2017.

Nous avions été tous surpris quand le sieur s’est présenté avec sa lettre de prise de service comportant son statut d’APE dans l’enseignement secondaire s’étonne, jusqu’à présent, le censeur du dernier CEG de l’homme.

 Mais malheureusement pour le sieur Bodjrenou, ce mardi matin, en pleine séance de cours dans le CEG où il est titulaire, les agents en civil l’ont interpellé et conduit à la base à Cotonou où il a été déposé après son audition par l’officier de la police judiciaire puis celle du procureur de la république qui l’a envoyé en prison en attendant la poursuite de l’enquête aux fins de dénicher d’autres complices.

Un cas parmi tant d’autres qui révèle les failles de l’administration publique et qui jette de l’opprobre sur les vrais et dignes enseignants entrés dans la fonction avec beaucoup de dévotion. Suivant l’engagement du ministre de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle, l’assainissement du secteur continuera pour le bonheur de toute la nation béninoise.

Commentaires (2)
Ajouter un Commentaire
  • Véronique Eleonore d'Almeida

    C’est la mafia au niveau du service du personnel dans nos différents ministères (suivi carrière des Agents) le personnel qui y travaille est magouilleur. Ils font des avancements et reclassements et promotions impossibles aux Agents.

  • Ahissou Firmin

    les faits que vous dénoncés sont réels. je vous encourage à la persévérance et au courage car au Bénin, ce n’est pas facile.