News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Projet de finance exercice 2022: Djogbénou, Bio Tchané et Adidjatou ont défendu leur budget

Le bal des défilés devant la commission du budget de l’Assemblée nationale a commencé depuis la semaine écoulée. Ce sont les organisations de la société civile qui ont fait l’ouverture du plaidoyer devant les députés de la commission du budget afin de défendre leur budget sectoriel. Les institutions de la République et les ministères ont également entamé depuis hier cet exercice.

Ainsi, dans l’après-midi de ce lundi, la cour constitutionnelle représentée par son vice-président, le conseiller Razack Amouda Issifou était à l’hémicycle devant les membres de la commission budgétaire de l’Assemblée Nationale. Au nom du président de l’institution, Joseph Djogbénou qu’il a représenté, il a défendu un budget d’un milliard neuf cent un millions trois cent trente-six mille (1.901.336.000) francs CFA, contre un montant d’un milliard sept cent millions six cent soixante-dix-neuf mille (1.700.679.000) francs CFA inscrit dans la loi de finances pour la gestion 2021.

L’augmentation de deux cent millions six cent cinquante-sept mille (200.657.000) francs CFA du budget de la haute juridiction est justifiée par le vice-président par le fait que l’institution entend réorganiser le service greffe de la cour constitutionnelle. Ce service deviendra en effet une direction et aura un directeur et un directeur adjoint. Cette direction pour son efficacité sera renforcée par des ressources humaines à recruter.

L’autre élément qui justifie l’augmentation du budget de la cour constitutionnelle est l’organisation projetée du 30ème anniversaire de l’institution. Il y a aussi, l’organisation du colloque international sur « Les relations entre les Cours ou Conseils constitutionnels et les Cours régionales » qui aura lieu au cours du premier trimestre 2022.

Abdoulaye Bio Tchané a défendu un budget de 5.954.438.000 francs cfa

S’il y a eu augmentation du budget de la cour constitutionnelle, au niveau du ministère du plan et du développement, le budget défendu par Abdoulaye Bio Tchané est en baisse de 45%. Cette baisse est liée à la diminution des dépenses de fonctionnement de 15% et des dépenses en capital de 71%. Il faut dire que la diminution des dépenses est due à l’arrivée à l’échéance de la majorité des projets pilotés par le ministère et le transfèrement de certaines structures.

Il sied de souligner que le projet de budget de l’Etat gestion 2022 du ministère en charge du développement et de la coordination de l’action gouvernementale, est axé essentiellement sur trois axes majeurs. Il s’agit de la consolidation et de la pérennisation des acquis du programme d’action du gouvernement (PAG 2016-2021); de l’accélération du développement économique et social du Bénin et du renforcement des fonctions principales du ministère notamment la prospective, l’évaluation des politiques publiques et la coordination des actions gouvernementales.

7 milliards 188 millions 882 mille 450 francs CFA pour le ministère de Mathys Adidjatou

Le ministre du travail et de la fonction publique a aussi planché ce lundi 15 Novembre 2021 devant les députés de la commission des budgets de l’Assemblée nationale. C’est un budget s’élevant à 7 milliards 188 millions 882 mille 450 francs CFA que Mathys Adidjatou a défendu.

Le budget exercice 2022 du MTFP a connu une réduction de 0,54% par rapport à celui de 2021 passant ainsi de 7 227 792 899 FCFA à 7 188 882 450 FCFA. Ce budget s’inscrit dans la dynamique de l’utilisation rationnelle des fonds publics. Il vise la réalisation des objectifs d’une croissance économique accélérée et de lutte contre la pauvreté en général et la construction d’une Administration de développement en particulier.

Précisons que le projet de budget du ministère du travail élaboré conformément aux directives contenues dans la lettre de cadrage budgétaire du Ministère de l’Économie et des Finances définissant les conditions d’élaboration du projet de Budget Général de l’État, gestion 2022, cadre avec le choix de la politique économique et sociale du Gouvernement et va permettre le renforcement des domaines d’intervention de la modernisation de l’administration publique, la réforme administrative et institutionnelle et celui du renforcement des Capacités Institutionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.