News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

La Russie « paierait cher » une invasion de l’Ukraine, Kiev avertit Moscou

L’Ukraine a averti la Russie, jeudi, que toute nouvelle attaque à son encontre serait “très coûteuse”, montant en épingle, l’ampleur des pertes qui pourraient résulter des “actions agressives” de la Russie.

Jeudi 25 novembre, Kiev a mis en garde la Russie contre une invasion de l’Ukraine, affirmant qu’elle “paierait très cher” une telle tentative, alors que l’Occident craint que Moscou ne prépare l’envoi de troupes de l’autre côté de la frontière. Ce mois-ci, les pays occidentaux se sont alarmés de l’activité militaire russe près de l’Ukraine, les États-Unis se disant “réellement préoccupés” par un nouveau renforcement des troupes à la frontière.

S’adressant aux journalistes jeudi, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a déclaré qu’il était difficile de deviner ce que le président russe Vladimir Poutine avait en tête, mais que Kiev faisait tout pour dissuader le Kremlin. “Nous essayons de faire comprendre tout cela à Poutine, toute nouvelle attaque contre l’Ukraine serait très coûteuse”, a déclaré à la presse, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba. “Moscou doit clairement comprendre quelles pertes politiques, économiques et humaines il subira en cas de nouvelle phase d’agression”, a ajouté Kuleba. “Il est donc préférable de ne pas le faire”.

Mercredi, l’ambassade des États-Unis en Ukraine a publié une alerte de sécurité, mettant en garde les citoyens américains contre “une activité militaire russe inhabituelle près des frontières de l’Ukraine et en Crimée occupée”. Moscou a rejeté les affirmations occidentales croissantes selon lesquelles la Russie pourrait se préparer à envahir l’Ukraine.

Mercredi, M. Poutine a déclaré au président du Conseil européen Charles Michel qu’il était préoccupé par les “provocations” de Kiev visant à attiser les tensions dans l’est de l’Ukraine, selon le Kremlin. L’armée de Kiev combat les combattants séparatistes dans deux régions orientales frontalières de la Russie depuis 2014, après que Moscou a annexé la péninsule de Crimée à l’Ukraine.

Le conflit a fait plus de 13 000 morts. L’Ukraine et ses alliés occidentaux accusent la Russie d’envoyer des troupes et des armes de l’autre côté de la frontière pour soutenir les séparatistes. Moscou a démenti ces allégations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.