News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Le Bénin veut intensifier l’utilisation de la vidéosurveillance des lieux publics dès 2022

Le budget sectoriel gestion 2022 du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique a accordé une part belle à la sécurité des personnes et des biens. C’est ce qui justifie l’augmentation de ce budget qui est passé de 50 Milliards de francs cfa en 2021 à une projection de 59 milliards 800 millions de francs cfa.

Cette augmentation est motivée par la volonté du gouvernement de faire un pas de plus dans le dispositif sécuritaire du pays. En effet, le ministère de l’intérieur et de la sécurité publique nourrit de grands projets dont la conception et le déploiement d’applications de gestion automatisée des questions de sécurité.

A lire aussi: Bénin: une trentaine de commissionnaires en douane agréés convoqués à la BEF

Evoquant les grands axes du budget de son département, le ministre de l’intérieur a fait savoir que le Bénin entend déployer en 2022 de grands moyens technologiques pour la sécurité des villes. ” L’innovation, c’est par rapport à un projet qui va nous permettre d’avoir des caméras dans nos espaces publics. C’est le projet de la vidéo-protection“‚ a précisé le ministre Alassane Séidou.

Ces cameras qui seront installés partout dans les lieux publics, explique le ministre, permettrons d’avoir des informations qui seront très utiles pour la police et pour les investigations qui seront faites en cas d’infraction.

Le renforcement des agents de sécurité …

En dehors de la vidéo-protection, le budget prévoit le renforcement de la sécurité par la construction et l’équipement des infrastructures de la police républicaine; la construction et l’équipement des infrastructures de secours destinées au Groupement national des sapeurs-pompiers; et le renforcement des actions en faveur de la gestion intégrées des frontières.

Il est également prévu le développement d’un système de gestion automatisée des statistiques sécuritaires; le recrutement et la formation de nouveaux agents de police; la mise en place d’un institut de recherche et de réflexion stratégique en matière de sécurité; et la mise en place d’un mécanisme de protection, de soutien et d’accompagnement moral, psychologique et social des agents de sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.