News et Infos du Bénin, d'Afrique et dans Monde

Afghanistan: les talibans interdisent les femmes dans les séries TV

En Afghanistan, le ministère taliban de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, a appelé les télévisions afghanes à ne plus diffuser de séries montrant des femmes.

Les premières décisions du ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice permettent d’y voir plus clair sur les orientations que prendra la férule talibane sur l’Afghanistan. A leur arrivée au pouvoir mi-août, les insurgés avaient déclaré publiquement leur intention de protéger les droits des femmes « conformément à la loi islamique ». Dimanche, le régime a ordonné aux chaînes de télévision afghanes de cesser toute diffusion de feuilletons ayant des femmes comme vedettes.

Cette nouvelle restriction fait partie d’un ensemble de directives en huit points émis par ce ministère de la morale comprenant, entre autres, l’obligation pour les femmes journalistes de porter le voile, l’interdiction des films « promouvant la culture et les traditions étrangères » ou encore l’interdiction des feuilletons montrant des hommes considérés comme indécents ou non couverts de la poitrine aux genoux. Le document du ministère empêche aussi la diffusion d’émissions satiriques qui « insultent » ou portent atteinte à la « dignité » des individus.

Les téléviseurs interdits dans les années 90

Le gouvernement a défendu ces mesures au nom de l’islam. Selon Hakif Mohaji, porte-parole du ministère interrogé par l’AFP, « il ne s’agit pas de règles, mais de directives religieuses ». Durant le passage au pouvoir des talibans, entre 1996 et 2001, le ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice était déjà craint et avait notamment interdit la télévision, le cinéma et toutes les formes de divertissement jugées immoraux. 

Depuis, en deux décennies le secteur des médias a explosé en Afghanistan, des dizaines de stations de radios et chaînes de télévisions privées sont apparues. Elles ont offert des opportunités nouvelles aux femmes, qui n’avaient pas le droit de travailler ni d’étudier sous les talibans des années 1990.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.