R. Kelly: le crooner américain a trouvé une stratégie pour réduire sa peine

R. Kelly, le chanteur américain, a été reconnu coupable de crimes sexuels, le 27 septembre 2021, par un tribunal de New York. En attente du détail de sa peine, connue le 4 mai 2022, le crooner s’est dit prêt à dénoncer d’autres pédophiles pour réduire sa peine de prison, a-t-on appris, ce jour 07 octobre 2021, des médias internationaux.

L’interprète du titre à succès, « I Believe I can fly », a été reconnu coupable de crimes sexuels par l’un des tribunaux de la ville de New York, le 27 septembre dernier. Neuf femmes et deux hommes sont venus témoigner à la barre et ont rapporté des faits de viols, des prises de drogues forcées, des situations de séquestration ainsi que des séquences de pédopornographie.

À lire aussi : R. Kelly banni de YouTube, ses deux chaînes supprimées de la plateforme

R. Kelly risque la prison à vie

R. Kelly est accusé d’avoir commis de nombreux actes comme des faits d’extorsion, d’exploitation sexuelle de mineure, d’enlèvement, de corruption et de travail forcé. Lors de sa comparution au tribunal de New York, le chanteur de R & B a été reconnu coupable de ces faits enregistrés entre 1994 et 2018 pour lesquels il risque de passer le reste de sa vie en prison. Le détail de sa peine n’est pas encore connu, mais sera rendu le 4 mai 2022. Le chanteur américain encourt une peine de prison à perpétuité.

R. Kelly et ses avocats étaient prêts à faire appel pour échapper à cette peine de prison, mais, aux dernières nouvelles, il semble que le chanteur ait trouvé un meilleur accord avec les autorités judiciaires. Kells a, en effet, opté pour la dénonciation d’autres prédateurs sexuels aussi dans le milieu de la musique aux États-Unis. R. Kelly irait jusqu’à donner leurs noms pour réduire la peine de prison qui l’attend.

À lire aussi : R. Kelly, la vedette du R&B, reconnu coupable d’une série de crimes sexuels

Dénoncer ses compagnons de misère pour réduire sa peine

Il serait ainsi prêt à livrer à la justice les noms de célébrités américaines qui auraient, comme lui et d’après lui, commis des crimes sexuels sur des mineurs. R. Kelly serait donc sur le point de dévoiler « le nom d’un rappeur et d’un grand chanteur » de l’industrie musicale américaine, tous les deux prédateurs sexuels. Le chanteur et son équipe travailleraient d’ailleurs avec le gouvernement américain pour réduire sa peine de prison, relatent plusieurs médias américains.

YouTube a supprimé les chaînes officielles de R. Kelly dans le même temps, « conformément à nos règles sur la responsabilité des créateurs », a indiqué, mercredi 6 octobre, un porte-parole de YouTube, cité par les médias américains.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.