Gambie – Covid-19: réticentes, les femmes boycottent la vaccination

La campagne de vaccination est en cours dans plusieurs pays du monde, notamment, d’Afrique. La Gambie, petit pays d’Afrique de l’ouest, n’échappe pas à la règle. Mais, le pays doit faire face à la réticence croissante des femmes, rapportent les journaux locaux.

Pour contrer la pandémie de la Covid-19, plusieurs pays du monde ont instauré la vaccination, comme moyen ultime pour immuniser leurs populations. En Gambie, la mesure semble ne pas faire l’unanimité au sein de la population, notamment, au cœur de la gente féminine.

À lire aussi : Mondial Féminin U20: le stade Général Mathieu Kérékou accueillera le match Burkina Faso vs Gambie

La réticence à la vaccination s’observe, surtout, dans les zones rurales, où, souvent, en charge de leurs familles, les femmes refusent à se présenter dans un centre de vaccination. La cause, elles craignent pour leur vie, à cause des effets secondaires éventuels, qui pourraient les retenir à leurs domiciles, les empêchant ainsi d’aller vaquer à leurs occupations habituelles.

La désinformation a pris le pas sur la sensibilisation à la vaccination

Mal informées, certaines de ces agricultrices sont terrorisées par ce qu’elles entendent çà et là. « Je ne peux pas dire que la Covid-19 n’existe pas, elle est bel et bien présente », explique Lucy Jarju, ostréicultrice, ajoutant que « j’ai seulement peur du vaccin, c’est ce qui me préoccupe. La façon dont j’entends les gens en parler, c’est ça qui m’effraie. »

À lire aussi : Gambie: peine de mort pour un allié de l’ancien dictateur Yahya Jammeh

Pour d’autres, à l’instar de Oumie Sambou, qui travaille avec elle, la chanson est la même, la pandémie a tellement créé de dégâts que le mieux pour elle, c’est d’aller travailler. « Notre vie est devenue très compliquée avec l’arrivée du coronavirus. Personne n’avait rien et on ne pouvait pas travailler, et ce n’est pas redevenu simple pour nous. Si je ne me lève pas pour aller travailler à la rivière, je n’ai rien pour mes enfants. », s’est-elle confiée, résignée.

Les rumeurs et la désinformation ont pris le pas sur la sensibilisation à la vaccination. Pour le directeur général de l’hôpital de santé maternelle et infantile de Bundung, Kebba Manneh, certaines ont eu un impact sur la réticence des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.