Suède: ils veulent appeler leur fils « Vladimir Poutine », l’administration refuse

L’état civil suédois a refusé qu’un couple prénomme son fils « Vladimir Poutine ». « Le prénom ne doit pas pouvoir offenser, ni pouvoir entraîner une gêne pour la personne portant le nom », selon la décision du fisc suédois, compétent en la matière, transmise à l’AFP.

En Suède, de jeunes parents venus déclarer le prénom choisi pour leur nouveau-né se sont vu opposer un refus. Les autorités locales estiment que nommer son enfant «Vladimir Poutine» n’est pas approprié. La Skatteverket, l’agence fiscale suédoise auprès de laquelle les bébés doivent être déclarés dans les trois mois suivant leur naissance, a tout simplement rejeté leur demande.

L’institution a invoqué la Naming law, promulguée en 1982 pour la première fois et mise à jour en 2017. Selon les informations de The Independent, ce texte énonce les règles encadrant l’attribution des prénoms en Suède. « Le prénom ne doit pas pouvoir offenser, ni pouvoir entraîner une gêne pour la personne portant le nom, ni pouvoir être considéré comme inapproprié pour une quelconque raison », selon la décision du fisc suédois, compétent en la matière. « Les noms de famille ne conviennent pas comme prénoms, cela s’applique également aux noms qui ressemblent à des noms de famille », estime Skatteverket dans cette décision de début septembre.

Pas deux prénoms distincts

Le fisc suédois a également refusé de considérer que « Vladimir » et « Putin » puissent être considérés comme deux prénoms distincts. « L’autorité fiscale décide en l’espèce que la combinaison Vladimir Putin doit être appréciée dans sa totalité ». En guise de consolation, le courrier annonçant le rejet de la demande contenait un nouveau formulaire d’enregistrement de prénom.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.