Bénin: « Il faut éviter que les extrémistes viennent s’installer sur notre territoire », Jacques Singbo

Le gouvernement en prévention contre l’extrémisme violent dans la commune de Péréré. Au cours d’une séance de travail tenue avec les élus communaux et locaux ce mardi 21 septembre 2021, le Secrétariat permanent de la Commission nationale de lutte contre la radicalisation, l’extrémisme violent et le terrorisme a expliqué ce qu’il faut faire pour éviter l’installation des extrémistes sur le territoire de la commune.

Compte tenu de situation sécuritaire sous-régionale, le Bénin prend des dispositions pour prévenir l’extrémisme religieux dans les localités frontalières. C’est ce cadre que le Secrétariat permanent de la Commission nationale de lutte contre la radicalisation de l’extrémisme violent et du terrorisme, sur instruction du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, s’est engagé dans une démarche de sensibilisation dans les régions proches du Burkina Faso, Niger, Nigéria.

A Péréré, le commissaire Jacques Singbo a expliqué aux élus communaux et locaux que la position géographique du Bénin impose des mesures contre l’extrémisme religieux. « Lorsqu’on regarde également la situation géographique du Bénin par rapport au Nigeria, au Burkina Faso et au Niger, parlant des actes extrémistes, des accrochages entre les terroristes avec les rangers, puis des mouvements et autres immixtions des terroristes sur notre territoire, il va falloir prendre les mesures indiquées », a-t-il, dit selon les propos rapportés par La Nation.

« Il faut éviter que les extrémistes viennent s’installer sur notre territoire », Jacques Singbo

Selon le commissaire de police, chacun doit se considérer comme un maillon de la chaîne de sécurité dans sa localité. Sans forcement être spécialiste de la sécurité, tout citoyen est appelé à adopter des comportements pouvant repousser le risque de l’extrémisme religieux. « Il s’agit d’attirer l’attention de nos populations à la base sur la menace terroriste qui est réellement à nos portes », a-t-il dit.

Informer ceux qui ne sont pas présents que nous devons désormais changer de comportement et que nous devons collaborer, puis matérialiser à partir d’aujourd’hui un environnement de vivre-ensemble, en travaillant de jour comme de nuit avec les forces de défense et de sécurité publique et leur dénoncer tout comportement et tout étranger suspects.

Jacques Singbo

Tout le monde doit mettre la main à la pâte pour contrer effectivement l’extrémisme religieux qui visiblement n’est pas loin des portes béninoises. « Nous devons également nous rapprocher des chefs villages, chefs quartiers et de tout autre élu, pour leur dénoncer tout mouvement suspect. Il faut éviter que les extrémistes viennent s’installer sur notre territoire », a martelé Jacques Singbo.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.