Bénin: des partenaires techniques et financiers échangent avec Pascal Essou, médiateur de la république

Monsieur Pascal Essou, médiateur de la République a échangé ce vendredi 17 Septembre 2021 dans son cabinet avec plusieurs partenaires techniques et financiers.

L’ambassadrice Sylvia Hartleif, cheffe de fil de l’union européenne et Madame Djènabou Mahondé, représentante résidente de l’UNICEF au Bénin étaient ce matin au cabinet du médiateur de la République.

A lire aussi: Bénin: le relogement n’était pas prévu pour les habitants de Fiyégnon

Monsieur Pascal Essou a profité de cette audience pour explorer avec ses hôtes, les bases d’un partenariat visant à faire de la visibilité pour l’institution.

Avec l’ ambassadrice Sylvia Hartleif, Pascal Essou a particulièrement discuté sur les possibilités pour la diplomate d’appuyer l’institution dans sa démarche d’assumer pleinement les missions a elle dévolues.

Pour sa part, la représentante résidente de l’UNICEF au Bénin a étudié avec Pascal Essou les possibilités de collaboration en vue de la protection des droits de l’enfant.

Que retenir de l’institution ?

L’institution de la République a vu le jour le 25 août 2006, par la signature du décret 2006-417 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Organe Présidentiel de Médiation (OPM).

Après quelques mois d’exercice sous le régime de ce décret, le gouvernement l’a modifié. Le décret N° 2008-158 a donc abrogé le précédent et a servi de base juridique aux activités de l’Organe jusqu’à l’adoption quasi unanime de la loi N° 2009-22 du 11 août 2009 instituant le Médiateur de la République du Bénin.

En guise d’attribution, le Médiateur de la République reçoit les griefs des administrés relatifs au fonctionnement des administrations centrales de l’État, des collectivités décentralisées et des établissements publics.

Une fois ces griefs enregistrés, le médiateur de la République les étudie afin d’y apporter des solutions équitables.

Il suggère au Chef de l’État des propositions tendant au fonctionnement normal et à l’efficience des services publics.

Il contribue de façon générale à l’amélioration de l’État de droit et de la gouvernance administrative.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.