Le Togo, 1er exportateur mondial de soja bio vers l’UE

Le Togo est le premier des pays exportateurs de soja biologique vers l’espace Schengen, selon un rapport de la Commission de l’Union Européenne.

Pour la troisième année consécutive, le soja bio togolais jouit d’une excellente réputation sur le Vieux Continent. Selon le rapport 2020 de la Commission de l’Union européenne (UE) sur l’importation des produits bio publié le mois dernier, le Togo occupe le premier rang mondial des pays exportateurs de soja biologique vers l’espace Schengen.

A lire aussi: Togo: le coût du test PCR Covid-19 est désormais à 25 000 FCFA

Les exportations togolaises ont en effet connu, en dépit de l’impact de la crise sanitaire sur le monde rural, une tendance haussière, passant de 42 300 tonnes en 2019 à 51 000 tonnes en 2020, soit une croissance de 20,4%. Une performance dans le même trend que celle observée dans le précédent rapport où le Togo avait effectué une progression exceptionnelle de 102%.

La part togolaise dans l’ensemble des exportations vers l’Espace Schengen est de 37,1%, soit plus que l’Ukraine (20,9%) et l’Inde (11,3%) réunis, qui complètent le podium. Le premier pays africain (en dehors du Togo) dans ce classement est l’Ouganda, qui pointe à la 5ème place avec 6,4%.

A lire aussi: Piraterie maritime: le Togo condamne 9 personnes à 20 ans de prison

De manière globale, les échanges concernant les produits agro-alimentaires bio entre le Togo et l’Europe sont passés de 44 684 tonnes à 54 017 tonnes sur la même période. Ce qui classe le Togo au 13ème rang mondial (une place gagnée) et au 2e continental, juste derrière la Tunisie et devant l’Egypte.

Selon la présidence du Togo, cette nouvelle mise à jour vient confirmer le dynamisme d’une filière qui fait l’objet d’une attention particulière, et qui a généré entre octobre 2019 et juillet 2020, près de 50 milliards FCFA. Au Togo, où le bio attire de plus en plus d’investisseurs, l’embellie devrait se poursuivre, avec la mise en service récente de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) qui ambitionne de porter la production à une échelle supérieure.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.