Afrique du Sud: près de 4 milliards de dollars en bitcoins portés disparus

Les frères sud-africains, Ameer Cajee, 17 ans, et Raees Cajee, 20 ans, fondateurs d’une plateforme de trading en cryptomonnaies, Africrypt, basée sur la côte Est du pays, à Durban, se sont volatilisés après la disparition de 3,6 milliards de dollars, ou 69.000 bitcoins (rapportés à son cours le plus haut en avril dernier à plus de 64.000 dollars), a rapporté Bloomberg.

Le duo est porté disparu pendant la période où la valeur de Bitcoin a augmenté. Les 69 000 pièces manquantes, d’une valeur de près de 4 milliards de dollars en avril, pourraient être la plus grande fraude de crypto-monnaie de l’histoire.

Un cabinet d’avocats engagé par des investisseurs a annoncé qu’il n’avait pas pu joindre les frères. L’affaire est traitée par les Hawks, une unité de la police. Les échanges de crypto à travers le monde ont été mis en alerte pour bloquer toute tentative de conversion des pièces numériques volées. En avril, alors que les bénéfices de Bitcoin augmentaient, le directeur de l’exploitation d’Africrypt, Ameer Cajee, a informé les clients que l’entreprise avait subi une cyberattaque.

Ameer les a mis en garde contre le signalement de l’incident aux conseillers juridiques et aux autorités, afin d’éviter de ralentir le processus de récupération de leurs investissements. Mais certains ont engagé le cabinet du Cap, Hanekom Attorneys, pour enclencher une procédure de liquidation contre Africrypt. « Nous étions immédiatement méfiants car l’annonce implorait les investisseurs de ne pas engager de poursuites », a déclaré Hanekom Attorneys à Bloomberg. Les avocats ont ajouté que les employés d’Africrypt avaient perdu l’accès aux plateformes back-end une semaine avant le piratage présumé.

Réponse des frères

L’avocat John Oosthuizen, qui représente Raees et Ameer Cajee, a déclaré à la BBC que les frères « ont catégoriquement nié » avoir été impliqués dans un « cambriolage » ou s’être enfuis avec des fonds. « Il n’y a aucun fondement à l’accusation et il n’y a aucun fondement à ces accusations », a-t-il déclaré. « Ils soutiennent qu’il s’agissait d’un piratage, et ils se sont fait voler ces actifs », a-t-il ajouté. Il a refusé de confirmer la valeur de 3,6 milliards de dollars pour le Bitcoin perdu, et a noté des articles de presse suggérant que la valeur était une surestimation.

Ameer et Raees ont créé Africrypt en 2019 et ont promis des retours juteux. En 2020, un autre commerçant sud-africain de Bitcoin, Mirror Trading International, s’est volatilisé avec 23 000 pièces numériques d’une valeur de 1,2 milliard de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.