France: elle passe près de 2.000 appels aux pompiers en moins d’un an et écope de six mois de prison

La justice française a recensé entre janvier et octobre 2020, 1900 appels aux pompiers de la ville de Montluçon. Il s’agit  d’une femme qui à la limite harcelait les secouristes depuis 2018 pour des raisons insignifiantes. Trainé devant le tribunal correctionnel de Montluçon (Allier) le jeudi 29 avril dernier, elle a écopé de six mois de prison ferme.

Une française âgée de 41 ans a comparu jeudi devant la cour pour « appels téléphoniques malveillants  et violences » envers un pompier. Pendant près d’un an, la justice a enregistré 1.900 appels de sa part. Elle dérangeait les pompiers de Montluçon pour « caries, punaises de lit, chien des voisins trop bruyant, incendie imaginaire, etc. » selon Paris Match.

Les secouristes ont eu à faire plus de cinquante interventions à son domicile. Ils se sont dépêchés chez elle le 22 octobre 2020 suite à neuf appels dans lesquels elle disait s’être cognée après une chute. En état d’ivresse, elle a été conduite d’urgence à l’hôpital. Complètement barrée, elle s’en est pris aux secouristes.

Elle les a violenté. « L’un d’eux se voit reconnaître un jour d’ITT ». C’est la goutte d’eau qui a fait déborder la vase. Poussé à bout, le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Allier et le pompier concerné ont décidé de porter plainte. La quarantenaire avait effectué depuis 2018, 2.435 appels, sans tenir compte des 400 enregistrés après le dépôt de la plainte en octobre.

Son avocat Me Nicolas Sabatini, qui s’est absentée le jour de l’audience a évoqué une femme qui a eu un parcours de vie « « difficile » et une femme « isolée », « fragile », qui « a besoin de contacts » ». Une description de sa personne qui n’a pas vraiment pesé dans la balance.

Le juge l’a condamné à 1 an de prison « dont six mois avec sursis probatoire, obligation de soins et indemnisation des victimes ». A la fin de l’audience, un mandat d’arrêt a été délivré à son encontre. Précisons que 19 condamnations dont certaines pour des faits pareils ont été auparavant inscrites dans le casier judiciaire de l’accusée.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus