Afghanistan: vaste offensive des Talibans après le début du retrait des troupes américaines

-- Publicité--

L’armée américaine a officiellement lancé, samedi 1er mai, la dernière phase de son retrait d’Afghanistan. Un retrait qui a déclenché de multiples offensives de la part des Talibans, au cours des dernières 24 heures, dans le pays.

Les Etats-Unis ont officiellement commencé, samedi 1er mai, à retirer leurs dernières troupes d’Afghanistan. Un mouvement suivi par les forces de l’Otan présentes sur place. Plus aucun soldat américain ne devrait s’y trouver, d’ici au 11 septembre. Les 2 500 soldats américains encore présents sur place auront quitté le sol afghan, d’ici au 11 septembre.

Le retour des Talibans

Quelques jours après le début du retour de l’armée américaine, les insurgés islamistes ont lancé, lundi, de nombreuses attaques simultanées dans la province du Helmand, dans le sud du pays, ciblant des points de contrôle des forces afghanes autour de la capitale provinciale, Lashkar Gah, a déclaré le chef du conseil de la province, Attaullah Afghan. Les forces gouvernementales ont riposté par des raids aériens et envoyé des commandos d’élite dans la région. Les Talibans ont été provisoirement repoussés, mais les combats se poursuivent et des centaines de familles ont été déplacées, a-t-il ajouté.

A Kaboul, le ministère de la Défense a déclaré que les forces de sécurité afghanes répondaient, depuis 24 heures, à des attaques dans six autres provinces du pays au moins, dont celles de Ghazni (sud-est) et de Kandahar (sud). Selon le ministère, une centaine de combattants talibans a été tuée dans le Helmand. Il n’a pas fourni de bilan chiffré concernant d’éventuelles pertes dans les rangs des forces gouvernementales.

Les Talibans n’ont pas répondu dans l’immédiat à des demandes de commentaires. Les insurgés, qui avaient conclu en février 2020 un accord avec l’administration de Donald Trump, pour un retrait définitif du contingent américain à la date butoir du 1er mai 2021, avaient prévenu qu’ils rejetteraient le nouveau calendrier dévoilé par Joe Biden. Avant les offensives de lundi, un regain de violence avait déjà été observé au cours des deux dernières semaines, depuis les annonces du président démocrate.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En Savoir Plus