Bénin – Fin du mandat de Patrice Talon: Komi Koutché lance un appel à manifestation pacifique ce 6 avril

L’ancien ministre des finances de Boni Yayi, le sieur Komi Koutché, a fait une demande pacifique au peuple béninois. C’est lors d’une déclaration faite ce lundi 5 avril 2021 pour marquer, a-t-il dit, la fin du mandat de Patrice Talon.

Le président Patrice Talon a pris officiellement fonction en prêtant serment le 6 avril 2016. Le mandat présidentiel au Bénin étant de 5 ans, le mandat devrait prendre fin ce lundi 5 avril à minuit s’il n’avait pas été prolongé de 45 jours.

Une prorogation que rejette l’opposition béninoise qui pense que « Patrice Talon s’est fait un agenda privé ».

« Le moment est donc venu, pour que seul détenteur de la souveraineté nationale, tu puisses faire disparaître cet agenda privé qu’il s’apprête à t’imposer pour les années à venir », a affirmé Komi Koutché à l’endroit du peuple béninois.

Un appel à manifestation « pacifique »

Pour y parvenir, l’ex-ministre de Boni Yayi pense que l’heure de l’union sacrée a donc sonné pour la reconquête de la dignité, de la souveraineté béninoise, de l’unité nationale et du vivre-ensemble.

Au nom de toutes les forces engagées pour le retour des normes démocratiques au Bénin, je voudrais nous inviter, jeunes femmes, adultes, femmes, à massivement sortir ce jour 5 avril à minuit, sifflets en main, tambours et trompettes pour marquer pendant une heure de temps, la fin officielle et constitutionnelle du mandat republican remis dans les mains de Patrice Talon le 5 avril 2016.

Komi Koutché, ancien ministre du Bénin, en exil.

Mieux, il ajoute de façon pacifique un autre plan pour demain mardi 6 avril 2021 pour le même objectif.

« A partir du 6 avril 2021, à 8h du matin, comme un seul homme, levons-nous et envahissons nos rues, nos places publiques tout de blanc vêtu avec mouchoirs blancs en main, sifflets, tambours et trompettes pour que de façon pacifique, nous nous installions jusqu’à ce que les conditions pour que les fils et filles du Bénin s’assaillent pour définir de nouvelles orientations pour notre communauté ».

Komi Koutché.

Reconnaissant que le peuple béninois est un peuple pacifique, Komi Koutché appelle les uns et les autres à manifester les mains vides. « Pas de violences sur les biens publics, pas de violences sur les biens privés, encore pas de violences sur les positions de nos forces de défense et de sécurité ».

C’est pourquoi, il lance un appel patriotique aux haut commandement militaire et aux forces de défense et de sécurité.

« A l’instar de vos aînés, qui malgré leur super puissance en 1990, ont décidé de tout abandonner pour nous offrir ce beau joyaux qu’est la démocratie, dont vous et moi sommes les purs produits, vous devez aussi écrire votre histoire en aidant le peuple béninois à négocier ce nouveau tournant de son histoire ».

Komi Koutché.

De la prorogation du mandat de Patrice Talon

Si les opposants béninois exigent la fin du mandat de Patrice Talon pour le 6 avril 2021 à minuit, date et heure auxquelles le Président, selon eux, deviendrait « illégal et illégitime », il faut rappeler que ledit mandat a été prorogé de 45 jours.

En effet, l’objectif essentiel poursuivi par la prorogation du mandat présidentiel est la préparation des élections générales de 2026.

La raison : la décision d’organiser les élections générales en 2026 posait trois problèmes techniques, à savoir : l’alignement des mandats, la vacance du pouvoir présidentiel et l’année des 2 premières élections générales.

A ce titre, le problème de l’alignement des mandats a été résolu par l’alignement de tous les mandats sur le mandat présidentiel. C’est ainsi que le mandat des députés est passé de quatre (04) ans à cinq (05) ans.

Ensuite, le problème de la vacance du pouvoir présidentiel a été résolu par la création du poste de Vice-Président en charge de terminer le mandat en cours, en cas de vacance. Enfin, c’est le problème de la date des premières élections générales qui a donné lieu à plus d’hésitation.

Il a alors été proposé de proroger le mandat présidentiel en cours de cinq (05) jours par rapport au premier tour (6 au 11 Avril) et de trente-trois (33) jours par rapport au second tour (6 Avril au 9 Mai) puis de quarante-sept (47) jours (6 Avril-23 Mai) par rapport à la cérémonie de prestation de serment du nouveau président élu.

Cette prorogation est apparue plus supportable, d’une part, parce que le nombre de jours était insignifiante, d’autre part, parce qu’elle permettait de régler deux autres problèmes, à savoir, celui de la fixité des dates des élections et celui des difficultés liées aux imperfections de l’article 45.

Komi Koutché sous le coup d’un mandat d’arrêt

En exil depuis bientôt trois ans, Komi Koutché, ex-directeur général du Fond national de microfinance (FNM) et ancien ministre des finances, a été condamné par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) à 20 ans de réclusion criminelle et à 500 millions FCFA d’amende.

Depuis lors, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international. A noter que Komi Koutché est poursuivi, en sa qualité d’ancien directeur général du FMN, pour des malversations relevées dans sa gestion au moment où il était directeur général du Fonds national de micro-crédit (2008-2013).

Le gouvernement béninois a réalisé des audits sur les périodes 2010-2013 et 2013-2016 qui avaient conclu à des irrégularités de plus de 8 milliards de francs CFA (12 millions d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More