Bénin: Suspendue de la FCBE, Christine Gbédji dénonce une cacophonie de Paul Hounkpè

Paul Hounkpè
Paul Hounkpè - SEN FCBE Ph: LNT

Suspendue, au même titre que deux autres responsables, par une décision prise par Paul Hounkpè, Secrétaire exécutif national de la Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE), Christine Gbédji donne de la voix et expose sa part de vérité. A travers une lettre ouverte, l’ancienne ministre explique ce qui l’oppose à certains responsables de la FCBE.

Christine Gbédji-Vyaho s’oppose à sa suspension de la FCBE et demande la prise en compte de sa candidature aux primaires, au poste de Vice-présidente de la République. “Je ne me retrouve aucunement suspendue.
Le SEN Paul Hounkpè se doit de considérer ma candidature pour la paix et la cohésion de ce groupe et pour l’avenir politique de la FCBE”
, a-t-elle conclu dans sa lettre. Revenant aux faits, les voici, tels que présentés par Christine Gbédji-Vyaho, membre du Bureau Exécutif National de la FCBE.

Des sorties suscitées par des “déclarations graves de Paul Hounkpè”

Mon parti, la FCBE, qui s’est imposé aux communales de Mai 2020 avec un score d’environ 15% venait d’être bradé par monsieur Paul HOUNKPE avec la complicité d’un groupuscule du Bureau Exécutif National appelé G10 et qui confirmait les rumeurs têtues qui circulaient.


Exacerbés par ce comportement qui engage tout le parti, nous, quelques membres du Bureau Exécutif National, sommes allés porter quelques clarifications à l’issue de deux parutions de monsieur Paul HOUNKPE dans les journaux Le Matinal N° 5990 du jeudi 31 décembre 2020 et le journal Le Béninois libéré N° 2317 de monsieur Aboubakar TAKOU.

A lire aussi : Présidentielle 2021 au Bénin: voici les 8 candidats aux primaires des FCBE


Alors que Le Matinal, un journal de renommée internationale, relatait faussement les résultats issus de la réunion du BEN, je ne sais pourquoi cet agissement, Le Béninois libéré parlait de désistement de deux candidats en faveur d’un autre. Ce sujet n’a jamais été débattu à la réunion du BEN.
Surpris par ces communications de contre-vérité de Paul HOUNKPE dans les médias, sans concertation et qui tendent d’ailleurs à semer la division et la confusion au sein du parti, nous autres, qui n’étions pas prêts à avaler une telle couleuvre, avons pris sur nous aussi de communiquer sur ces déclarations graves qui affecteront ce parti que nous nous sommes engagés à reconstruire pour le bonheur de nous tous.


Voilà, en réalité, la méthode de monsieur Paul HOUNKPE et le soit-disant G10 pour nous assommer et finir avec la FCBE qui disparaîtra à tout jamais, bafouant ainsi tous les militants. Ce serait désormais « l’œuvre de tant de jours en un jour effacé ».


La déclaration de candidature…

Le vendredi 08 Janvier 2021, autour de 17h, je me suis rendue au siège de FCBE pour déposer ma déclaration de candidature :

  • le secrétaire m’a informé qu’il s’apprêtait à venir me remettre un courrier à la maison ;
  • je lui ai répondu que je ne suis pas au siège pour recevoir un courrier, mais plutôt pour déclarer ma candidature ;
  • je ne pouvais pas le faire, me disait-il, mais moi avec ma témérité, je m’étais inscrite dans le livre journal exposé à cet effet ;
  • enfin, il m’a remis une enveloppe que j’ai d’ailleurs refusé de prendre ;
  • une fois sortie du bureau, j’ai rencontré le docteur De-Laure FATON qui a décidé d’aller me chercher le courrier afin que je le garde comme preuve.

“Une cacophonie orchestrée par Paul Hounkpè et compagnie”

Toute cette cacophonie orchestrée par monsieur Paul HOUNKPE et compagnie et abondamment relayée à coût de milliers de francs CFA était, au fait, une stratégie pour bloquer ma candidature au poste de vice-Présidente qui serait mieux cotée que la sienne sur l’échiquier national et international.

A lire aussi : Bénin: voici les raisons de la suspension de 3 cadres au sein de la FCBE


L’un de nos critères de sélection parle de sanction au sein du parti.
Alors, chers membres, chers militants, chers conseillers élus de FCBE, chers compatriotes, jugez-en vous-mêmes. Cette montagne a accouché d’une souris. Prendre un coupe-coupe pour tuer une mouche ?
Je n’ai jamais eu un avertissement, ni un blâme et comment pourrait-on me suspendre ?


Ladite note de suspension est intervenue après le dépôt de ma candidature le 08 Janvier date limite de dépôt de candidature fixée par lui-même Paul HOUNKPE. Une sanction postérieure au dépôt de ma candidature peut-elle avoir un effet sur cette candidature ?


Une autre aberration, l’article 57 de nos statuts qui exige la mise en place d’un comité ah ’doc n’a jamais stipulé nulle part dans nos statuts que les membres dudit comité ne peuvent pas être candidats. Mieux, aucune note du SEN ne l’a spécifié. Cette situation permet à suffisance de comprendre qu’un groupuscule d’individus est commis pour détruire simplement le parti pour des intérêts inavoués, personnels et égoïstes.

A lire aussi : Présidentielle 2021 au Bénin: ça cafouille au sein de la FCBE


Le comité ah‘doc dont j’étais la présidente a été suspendu sous prétexte que le Bureau Politique prendrait la relève pour recevoir les candidatures et poursuivre le processus (ce qui n’avait d’ailleurs jamais été décidé par le BEN). Dès cet instant où le comité a vu ses attributions confiées à une autre structure, il n’est plus engagé en rien et chaque membre est libre de déposer sa candidature.


Enfin, le docteur Clément KOUCHADE qui est suspendu comme moi et qui n’a même pas déposé de candidature a vu son nom cité parmi les candidatures retenues.
« A brebis tondue, Dieu mesure le vent. »

“Je ne me retrouve aucunement suspendue”


Le SEN Paul HOUNKPE se doit de considérer ma candidature pour la paix et la cohésion de ce groupe et pour l’avenir politique de la FCBE.
Je voudrais prophétiser : Demain dictera sa loi.
DIEU est DIEU, et lui seul est le chemin, la vérité et la vie.

Ce que Paul Hounkpè reproche à Christine Gbédji-Vyaho et aux deux autres suspendus

Christine Gbédji, Clément Koutchadé et Prosper Adoukonou sont suspendus jusqu’à nouvel ordre de la FCBE. Il leur est reproché d’avoir violé des dispositions du règlement intérieur en faisant une sortie médiatique au nom du parti, alors qu’ils n’avaient pas eu au préalable l’autorisation du parti. “Les mis en cause, sans être autorisés par le parti, ont négocié leur passage sur une chaîne de télévision et ont fait des déclarations qui mettent à mal la cohésion au sein du parti”, précise la note de suspension”, lit-on dans la note de suspension.

A lire aussi : Bénin – Malaise au sein de la FCBE: Hounkpè et Yarou ne parlent plus le même langage

Dans cette sortie médiatique, les mis en cause auraient fait des déballages sur des décisions internes issues de la session tenue le mardi 29 décembre 2020 par le Bureau Exécutif National. C’est au regard de ces faits que la décision de leur suspension a été prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus