Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print

Bénin: signature d’une convention collective des partis de l’opposition

Ce mercredi 13 janvier 2021, plusieurs partis et rassemblements politiques de l’opposition ont procédé à la mise en place d’un Collectif. Sur place, quatre formations politiques ont signé la convention collective qui donne vie à cette coalition des forces de l’opposition.

A quelques semaines de la présidentielle d’avril 2021, l’opposition s’engage dans une coalition pour, dit-elle, restaurer la démocratie et l’État de droit. Après une première déclaration collective effectuée en décembre 2020, ils viennent de concrétiser, par la signature d’une convention, la création du Front pour la restauration de la démocratie collective de l’opposition. Ladite convention a été signée devant les médias par Eric Houndété (Les Démocrates), Valentin Aditi-Houdé (DUD), Antoine Guédou (GSR) et Frédéric Joël Aïvo.

A lire aussi : Présidentielle 2021 au Bénin: vers une union sacrée de l’opposition contre le pouvoir Talon

La liste est ouverte, et d’autres partis et formations politiques sont attendus pour rejoindre Les Démocrates, la Dynamique unitaire pour la démocratie et le développement (UDD) et la Grande solidarité républicaine (GSR). L’objectif principal de cette coalition est la restauration de la démocratie au Bénin, qui, selon Valentin Adit-Houdé, a connu un grand coup d’arrêt depuis l’accession au pouvoir de Patrice Talon.

Les exigences du Front

Pour une élection présidentielle apaisée, le Front de l’opposition exige :

  • l’application immédiate des arrêts de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (abrogation de la révision constitutionnelle) ;
  • l’organisation d’un dialogue inclusif de tous les acteurs ;
  • l’abrogation de toutes les lois liberticides votées sous le régime du président Patrice Talon ;
  • le respect des droits et libertés fondamentaux, retour des exilés et libération des prisonniers politiques ;
  • l’audit de la liste électorale ;
  • le respect strict de la durée constitutionnelle, conformément au serment prêté devant le peuple.

Par ailleurs, les partis signataires de la convention collective invitent le gouvernement à procéder à la restitution et à la garantie des acquis sociaux aux travailleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus