gaetane
Le président américain Donald Trump lors d'une rencontre avec la femme de l'opposant vénézuélien Juan Guaido, le 27 mars 2019 à Washington. afp.com/SAUL LOEB

Présidentielle américaine: nouvelle défaite juridique pour Donald Trump

Un juge de l’État américain de Pennsylvanie a fermement rejeté samedi les allégations de fraude électorale portées par le président sortant Donald Trump, qui nie toujours sa défaite à l’élection présidentielle.

Les unes derrière les autres, les tentatives judiciaires de Donald Trump d’obtenir la disqualification de son adversaire s’effondrent. Ce samedi, c’est un juge de l’Etat américain de Pennsylvanie qui a fermement rejeté les allégations de fraude électorale portées par le président américain sortant Donald Trump. Le républicain nie toujours sa défaite à l’élection présidentielle du 3 novembre.

Le juge Matthew Brann a écrit dans son jugement que l’équipe de Trump avait présenté “des arguments juridiques sans fondement et des accusations hypothétiques” dans sa plainte concernant le vote par correspondance en Pennsylvanie. “Aux États-Unis d’Amérique, cela ne peut justifier la privation du droit de vote d’un seul électeur, et encore moins de tous les électeurs du sixième État le plus peuplé” du pays, écrit le magistrat, ajoutant: “Notre peuple, nos lois et nos institutions exigent plus” que cela.

La décision du magistrat, dont le jugement est cinglant, ouvre la voie à la certification de la victoire du démocrate Joe Biden en Pennsylvanie. La certification doit se produire lundi.

Néanmoins, l’équipe de Trump envisage de passer par la Cour d’appel des États pour le troisième circuit et mise là aussi sur une décision rapide qui leur permettrait par la suite de se tourner enfin vers la plus haute institution judiciaire du pays. Les conservateurs y disposent d’une large majorité depuis la nomination d’Amy Coney Barrett en remplacement de la défunte Ruth Bader-Ginsburg. 

Depuis que Biden a été déclaré vainqueur il y a deux semaines, Donald Trump a lancé une série de poursuites judiciaires et mené une campagne de pression pour empêcher les États de certifier le total de leurs votes. Mais faisant fi des tentatives de son rival, Joe Biden, le président élu, doit annoncer mardi 24 novembre les noms des premiers membres de son futur gouvernement, a annoncé Ron Klain, un proche conseiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.