Categories: Bénin - Politique

Présidentielle 2021 au Bénin: le 1er tour fixé au 11 avril (décret)

Le gouvernement a adopté en Conseil des ministres, ce mercredi 25 novembre 2020, le décret portant modalités d’élaboration du calendrier électoral de la présidentielle 2021. Par la même occasion, le Conseil a rappelé la date du 1er tour de l’élection.

La Commission électorale nationale autonome (Céna) peut désormais officiellement enclencher le processus électoral en vue de la présidentielle d’avril 2021. Réunis en Conseil des ministres ce jour, les membres du gouvernement ont adopté le décret portant modalités d’élaboration du calendrier électoral qui permettra à la commission électorale de débuter ses activités.

A lire aussi : Bénin – Présidentielle de 2021: le parrainage, objet de recours devant la Cour

Le Conseil des ministres a rappelé au corps électoral que, conformément à la Constitution béninoise, la date du 1er tour de l’élection présidentielle a lieu le 2ème dimanche du mois d’avril de l’année électorale, soit le dimanche 11 avril 2021. Si à l’issue du 1er tour aucun candidat ne l’emporte par le K.O, un second tour du scrutin est organisé, le cas échéant, le deuxième dimanche du mois de mai.

La présidentielle des incertitudes

A quelques mois de la présidentielle 2021, le paysage politique est encore sombre. Aucun candidat n’a encore l’assurance de voir son dossier validé. Même le Président Patrice Talon qui est pour le moment le seul à remplir toutes les conditions, n’a encore fait aucune déclaration sur sa candidature.

A lire aussi : Bénin – Présidentielle 2021: Patrice Talon prend un engagement à Nikki

Du côté de l’opposition et même des probables candidats indépendants, rien n’est encore sûr. La Forces cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) qui s’est annoncée, fait face actuellement à une guerre interne dans le cadre de la désignation de son candidat. Quant à Frédéric Joël Aïvo, probable candidat indépendant, il fait le tour du pays sans parrainages.

Que dire du système de parrainage?

Avec la relecture du code électoral, le Bénin tente progressivement de tourner le dos à l’époque où la Céna recevait une pléthore de candidatures pour le compte des élections présidentielles. Le système de parrainage, qui oblige les prétendants au poste de président de la République à avoir le parrainage des 10% des élus, limite désormais les candidatures. Cette nouvelle règle est instaurée par l’article 132 du nouveau code électoral.

A lire aussi : Bénin – Tournée nationale: “Je ne suis pas en campagne”, Patrice Talon répond à “Les Démocrates”

Désormais, pour voir sa candidature aux élections présidentielles validée, il faut, en dehors des conditions prévues par la Constitution en ses articles 42 et 43, avoir la signature de 10% des élus (députés et/ou maires). Considérant qu’actuellement le Parlement compte 83 députés et que le Bénin dispose de 77 mairies, les présidentiables auront donc à se partager 83+77 = 160 x 10% = 16 élus par candidat, ce qui équivaut à 10 candidats pour les 160 élus.

La crainte d’une deuxième élection exclusive sous le régime de Patrice Talon

Même s’ils chantent tout le temps qu’ils sont pour et prêts pour la concurrence, dans le fond, les partisans du régime en place semblent tout mettre en oeuvre pour avoir un “semblant de compétition” en 2021. La concurrence en 2021 avait été déjà emperchée depuis les législatives de 2019, où l’opposition avait été exclue. Pour éviter de conduire le pays dans une nouvelle crise politique, qui serait due à une présidentielle entre “copains”, la mouvance tente donc d’ouvrir le parrainage pour embarquer l’opposition.

A lire aussi : Bénin – Candidat de la FCBE: division et démission au sein du comité de désignation

Comme ce qui s’est passé aux dernières communales, la FCBE, seul parti de l’opposition ayant quelques élus, sera certainement entraînée pour faire le jeu. Elle aura à coût sûr les 10 parrains qui lui manquent pour valider sa candidature à la présidentielle de 2021.

A l’analyse des propos et faits, la suite comptera certainement peu, l’essentiel aura été de participer et d’éviter qu’on parle après de présidentielle exclusive. A deux reprises (au dialogue politique et aux communales de 2020), la FCBE a été déjà, peut-être sans le savoir, dans ce rôle.

Ce site utilise des Cookies pour vous fournir une meilleure expérience utilisateur.