Hommage à Diego Maradona: Emmanuel Macron s’invite au ballet

Emmanuel Macron et Maradona @ Super sport Côte d'Ivoire

Tel un poète, le président français Emmanuel Macron s’est fendu d’un message lyrique, pour rendre à sa façon un hommage à la légende argentine, Diego Armando Maradona, décédée mercredi à l’âge de 60 ans.

Grand amateur du football, Emmanuel Macron a aussi réagi à la disparition de la légende argentine, Diego Maradona, décédée mercredi à l’âge de 60 ans, des suites d’un arrêt cardio-respiratoire. Dans un communiqué enflammé, lyrique, le président français a salué « ce souverain incontesté du ballon rond que les Français ont tant aimé ». « La main de Dieu avait déposé un génie du football sur terre. Elle vient de nous le reprendre, d’un dribble imprévu qui a trompé toutes nos défenses. Voulait-elle, par ce geste, trancher le débat du siècle : Diego Maradona est-il le plus grand joueur de football de tous les temps? Les larmes de millions d’orphelins y répondent en ce jour par une évidence douloureuse », a écrit Macron et publié par l’Elysée dans la foulée du décès de Maradona.

A lire aussi: Mort de Maradona: les circonstances de la disparition du “gamin en or

« Diego se queda »

Dans son message, le numéro 1 français salue ce « danseur en crampons, pas vraiment athlète, plutôt artiste », qui « incarnait la magie du jeu ». Le texte évoque aussi « le match le plus géopolitique de l’histoire », Argentine-Angleterre de la Coupe du monde 1986, avec un « pays meurtri par la dictature et la défaite militaire », qui tenait sa revanche contre « l’Angleterre de Margaret Thatcher. » Et décrochera plus tard le Graal, la Coupe du monde: « Celle du peuple, pas des généraux». « Ce goût du peuple, Diego Maradona le vivra aussi hors des terrains. Mais ses expéditions auprès de Fidel Castro comme de Hugo Chavez auront le gout d’une défaite amère. C’est bien sur les terrains que Maradona a fait la révolution », ajoute Macron.

A lire aussi: Mort de Maradona : Drogba, Eto’o et Yaya Touré réagissent au décès de la légende argentine

Le communiqué, parfois déroutant, se termine sur une note qui fait encore appel à la nostalgie: « Le Président de la République salue ce souverain incontesté du ballon rond que les Français ont tant aimé. A tous ceux qui ont économisé leur argent de poche pour compléter enfin l’album Panini Mexico 1986 avec sa vignette, à tous ceux qui ont tenté de négocier avec leur compagne pour baptiser leur fils Diego, à ses compatriotes argentins, aux Napolitains qui ont dessiné des fresques dignes de Diego Riveira à son effigie, à tous les amoureux de football, le Président de la République adresse ses condoléances émues », ajoute Emmanuel Macron, qui conclut ainsi: « Diego se queda ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus