gaetane
Emmanuel Macron, président français @Le Dauphiné Libéré

En Algérie: « Macron se croit autorisé à distribuer des certificats de légitimité aux dirigeants des indigènes»

Plusieurs force politiques algériennes ont condamné les propos du président français Emmanuel Macron à propos des dirigeants africains, en occurrence l’Algérie.

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, le président français s’est prononcé sur plusieurs sujets liés aux pays africains dont la Guinée, la Côte d’Ivoire et l’Algérie. A ce propos, Macron a salué le « courage » du président algérien, hospitalisé en Allemagne après avoir contracté le nouveau coronavirus, et promis de « faire tout (son) possible pour l’aider » dans la « période de transition » que vit le pays. Cette partie de son intervention a interpellé l’opposition algérienne et les militants du mouvement antirégime, qui n’ont pas raté le chef de l’Etat français.

A lire aussi: Emmanuel Macron accuse la Russie et la Turquie de manipuler les Africains contre la France

« Macron se croit autorisé à distribuer des certificats de légitimité aux dirigeants des indigènes que nous sommes », a indiqué le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), un des principaux partis de l’opposition laïque, cité par Le parisien. Dans un article du quotidien francophone El Watan, Karim Tebbou, figure du mouvement de contestation « Hirak » a indiqué que la «France ne veut pas accepter que dans ce pays puissent émerger des forces démocratiques, une jeunesse émancipée », après avoir qualifié la France de « raciste ».

Le Parisien a églement rapporté la réaction du principal parti islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), qui a observé quant à lui, un recul de la France sur la scène internationale qui fait que Paris n’« éprouve aucune gêne à renouer avec ses vieilles habitudes de s’ingérer dans les affaires internes de ses anciennes colonies ». Les médias également s’en sont mêlés comme le quotidien francophone Liberté qui écrit que Paris « pèse, et lourdement, dans l’espace régional dont fait partie l’Algérie (…). Parfois, cette influence va jusqu’à confondre coopération et ingérence ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.