gaetane
L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié, à Yamoussoukro, le 19 octobre 2019. Crédit Photo : Sia Kambou

Présidentielle en Côte d’Ivoire: l’opposition maintient son mot d’ordre de désobéissance civile

Dans un communiqué ce jeudi, l’opposition ivoirienne a annoncé le maintien de son mot d’ordre de désobéissance civile, dont la phase active a été lancée le jeudi 15 octobre 2020.

Les candidats Henri Konan Bédié et Affi N’Guessan ont désavoué le gouvernement ivoirien ce jeudi, déclarant qu’ils n’ont jamais demandé un poste à la commission centrale indépendante ni même un poste en surplus. Demandant le retour des exilés politiques et la libération des prisonniers politiques, l’opposition ivoirienne a annoncé le maintien de son mot d’ordre de la désobéissance civile jusqu’à ce que le président Alassane Ouattara renonce à sa candidature jugée “anticonstitutionnelle et illégale”.

A lire Aussi: Côte d’Ivoire – Crise pré-électorale: «La solution passe par le dialogue, mais personne n’écoute personne», Essy Amara

“La CEDEAO se trompe une fois de plus dans son analyse de la situation en Côte d’Ivoire en faisant semblant d’ignorer les problèmes réels relatifs à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, qui ne peut se tenir à la date échue”, note le communiqué de l’opposition, relatif à l’annonce du RHDP, le parti au pouvoir. Les candidats Henri Konan Bédié et Affi N’Guessan demandent à la CEDEAO de continuer à jouer son rôle de facilitation et de médiation dans la crise ivoirienne, ajoute le communiqué lu par le professeur Maurice Kakou Guikahué.

Pour autant, l’opposition réitère son appel au dialogue, mais précise qu’elle ne saurait aller à la table d’une discussion, où le pouvoir en place serait à la fois juge et partie. Ainsi, appelle-t-elle la communauté internationale et surtout la CEDEAO a créer un cadre propice pour la tenue de ce dialogue qui doit se tenir sous son égide.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.