gaetane
Photo by MICHELE CATTANI / AFP

Mali: Assimi Goita, l’homme-clé dans la libération de Farabougou

Les Forces Armées Maliennes ont libéré jeudi, la localité de Farabougou, après 17 jours de siège par des combattants jihadistes.

Installé dans la région de Ségou, dont dépend administrativement Farabougou, il y a quelques jours, le vice-président de la transition, chargé des questions de sécurité et de défense, le colonel Assimi Goïta, a été un acteur-clé dans la libération du village de Farabougou des mains des terroristes.

A Sékou, il a dirigé l’offensive “Farabougoukalafia » qui a permis à l’armée de faire son entrée dans la localité de Farabougou jeudi 22 octobre et de libérer le village, après plus de deux semaines de siège des djihadistes. De sources officielles, Assimi Goita était accompagné par le commandant du secteur 5 de l’opération Maliko, le colonel Didier Dembélé ainsi que des officiers maliens.

A lire Aussi: Mali: fin de calvaire pour les habitants de Farabougo, l’armée libère le village

Selon Assimi Goita, l’armée a entièrement pris contrôle de Farabougou et ne va jamais abandonner les populations maliennes sous la terreur des terroristes, sa mission étant d’assurer la sécurité de l’ensemble du territoire malien, des biens et de la population.

“Un conflit intercommunautaire”

Dans sa déclaration après la libération de la localité de Farabougou, le colonel Assimi Goita a indiqué que le problème de cette localité est un conflit intercommunautaire. Pour le vice-président, l’armée doit agir avec professionnalisme pour minimiser les dégâts collatéraux.

A lire Aussi: Mali: le coronavirus fait son entrée dans le nouveau gouvernement

L’aviation malienne évacue des blessés civils à Ségou pour des prises en charge et continue également à apporter des aides humanitaires aux populations de la localité. Des forces supplémentaires continuent d’être déployées à Farabougou. La projection des forces maliennes est accompagnée par une campagne aérienne qui consiste à détruire d’autres bases des groupes terroristes, a expliqué le commandant du secteur 5 de l’opération Maliko, le colonel Didier Dembélé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.