Jérémie Bréaud, le maire de Bron (Rhône) ©Lyon Mag

France: un maire menacé de décapitation

Des inscriptions, menaçant de décapitation le maire de Bron (Rhône), Jérémie Bréaud, ont été découvertes ce jeudi dans trois lieux différents d’un même quartier de cette commune de l’agglomération lyonnaise, conduisant le ministre de l’Intérieur à demander la protection de l’élu. 

A Bron, commune française située dans la métropole de Lyon, Jérémie Bréaud, le maire LR, a fait une nouvelle fois l’objet de menaces de mort. Des inscriptions le menaçant de décapitation ont été découverts ce jeudi dans trois lieux différents d’un même quartier de cette agglomération lyonnaise.

Selon les informations d’Europe 1, les faits auraient été commis entre minuit et une heure du matin, par une vingtaine d’individus. Ces tags, “Jérémy Breaud on va te décapiter !” (sic) et “nik la mumu”, en référence à la police municipale, ont été inscrits sur une palissade et sur la médiathèque de la ville, a précisé l’élu, moins d’une semaine après l’assassinat par décapitation du professeur d’histoire Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine. Le ministre de l’Intérieur indique que l’élu va être placé sous protection.

Jérémie Bréaud va être placé sous protection

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a immédiatement réagi à cette annonce. “Á ma demande, le Préfet va saisir la justice et prévoir une protection de l’élu”, a indiqué Gérald Darmanin dans un message posté sur Twitter. “Soutien à ce maire, comme à tous les élus vicitimes de menaces“, conclut le ministre de l’Intérieur.
Le maire de Bron a quant à lui porté plainte dans la matinée de ce 22 octobre 2020.

Cette menace de décapitation suscite de nombreuses réactions scandalisées. Exemple avec le syndicat Synergie. “Le maire de Bron menacé de décapitation, ainsi que les membres de la police municipale. Opérations stups qui dérangent, refus des dérives et rodéos lors de mariages… la fermeté ne plait pas. Les élus sont désormais des cibles“, écrit le syndicat majeur dans le Corps de commandement de la Police nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.