gaetane
Côte d'Ivoire @ Google

Côte d’Ivoire: la présidentielle ou la catastrophe ce samedi 31 octobre 2020 ?

Manifestations, meurtres et fichiers électoraux saccagés, c’est dans ces conditions que la Côte d’Ivoire s’apprête à aller aux élections demain, samedi 31 octobre 2020.

A quoi devrions nous attendre demain, samedi 31 octobre 2020? “Ce qui nous attend, c’est la catastrophe”, a jugé l’ancien chef d’Etat Laurent Gbagbo, sur TV5 Monde. “C’est pour ça que je parle. Pour qu’on sache que je ne suis pas d’accord pour aller pieds et poings liés à la catastrophe. Il faut discuter”, a-t-il ajouté. La crainte d’une escalade des tensions est excessivement forte en Côte d’Ivoire.

A lire Aussi: Présidentielle 2020: 90 observateurs de la CEDEAO déployés en Côte d’Ivoire

Les actes de violences persistent et prennent d’ampleur à seulement quelques heures de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire en dépit des appels au dialogue et à la paix lancés par des organismes internationaux et de nombreuses personnes dont Laurent Gbagbo. A Yamoussoukro, capitale politique de Côte d’Ivoire, et à Bonoua (est), des incidents ont éclaté, opposant plusieurs centaines de jeunes et les forces de l’ordre, selon des habitants et un journaliste, à la veille de l’élection présidentielle.

Des images apocalyptiques venant de Koun Fao et d’autres villes, témoignent de l’ampleur des violences qui secouent la Côte d’Ivoire. “Depuis le matin, je vis avec la peur. Des jeunes s’affrontent et la police fait usage des gaz lacrymogènes. La situation est grave et j’ai vraiment peur pour mon pays. J’imagine les évènements qui vont se dérouler au jour du vote. Que Dieu préserve la Côte d’Ivoire de la violence”, confie à Bénin Web tv, une ivoirienne résident à Yamoussokro. Elle exprime son inquiétude d’aller voter.

A lire Aussi: Mamadou Touré: “l’opposition ivoirienne est pyromane”

“Il faut reporter les élections et discuter”

Pour A.B, un ivoirien contacté par BENIN WEB TV, le mieux à faire pour éviter que la Côte d’Ivoire ne sombre à nouveau dans un chaos à l’image de celui de 2011, est de reporter l’élection présidentielle. “Aucune élection ne doit se dérouler dans un climat de peur atroce. Les conditions actuelles du pays, ne sont pas bonnes pour aller aux élections”, a-t-il fait savoir.

“Les acteurs politiques doivent se réunir et dialoguer pour le bonheur de ce pays, sinon la Côte d’Ivoire risque une crise politique, sociale voire économique”, a-t-il ajouté.

A lire Aussi: Côte d’Ivoire – Présidentielle: des jeunes saccagent les locaux de la CEI à Koun-Fao

« J’appelle tous les acteurs politiques et leurs partisans au calme et à la retenue. Les violences connues en Côte d’Ivoire lors de la première crise pré-électorale de 2010 ne doivent pas se répéter. La violence de tout bord politique n’est pas une option”, a déclaré dans un communiqué, la Procureure de la Cour Pénale Internationale Fatou Bensouda.

“Désobéissance civile, boycott et un mort”

Pour la mouvance, l’opposition ivoirienne est “pyromane”. Le président Alassane Ouattara reste droit dans ses bottes et appelle au vote le samedi 31 octobre 2020. Cependant, l’opposition ivoirienne qui juge “illégale et anticonstitutionnelle” la candidature du président Alassane Ouattara a maintenu son mot d’ordre de la désobéissance civile malgré l’invite à la retenue, au dialogue et à la paix lancée par l’ONU, la CEDEAO et l’UA aux acteurs politiques ivoiriens. L’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié et Affi N’Guessan, tous candidats à cette élection, ont boycotté la séance de dialogue initiée par le gouvernement ivoirien.

A lire Aussi: Côte d’Ivoire: “Je suis résolument du côté de l’opposition”, Laurent Gbagbo

Dès lors, les actes de violences ne cessent de se multiplier en Côte d’Ivoire. Ce vendredi, le convoi du secrétaire général de la présidence, un des directeurs de campagne d’Alassane Ouattara, a été mitraillé, sans faire de blessés. De sources locales, un jeune manifestant a été tué ce vendredi et la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser deux camps de jeunes opposés qui se sont affrontés. Le climat est extrêmement tendu et nul ne sait ce que réserve demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.