gaetane
@Afrik.com

Côte d’Ivoire: Guillaume Soro dévoile enfin ses soutiens dans son offensive ouverte contre Ouattara

24 heures après la sortie du président ivoirien, Alassane Ouattara, dans des médias français pour distribuer des mauvais points à ses adversaires politiques, allant jusqu’à annoncer une peine de ”prison à perpétuité” pour certains, une réplique ne s’est pas fait attendre. L’un de ses farouches opposants, Guillaume Kigbafori Soro, en exil en France depuis le 23 décembre 2019, a aussitôt sorti ses griffes contre son ancien mentor. Sans aucune retenue sur certains sujets, il s’est laissé aller à des révélations pour galvaniser davantage ses partisans et les maintenir en éveil dans leur adversité politique contre Alassane Ouattara.

Guillaume Soro s’attaque à Ouattara, réitère sa promesse selon laquelle celui-ci ne sera pas le président de la Côte d’Ivoire dans les prochaines semaines. « Alassane, pour moi c’est fini », a déclaré Guillaume Soro, avant de poursuivre en ces termes : « (…) Il faut que les Ivoiriens ne se trompent pas de combat, parce qu’Alassane a voulu faire en sorte que toutes les autres régions de la Côte d’Ivoire s’unissent contre le nord. Le nord n’est pas votre ennemi, moi je suis du nord (…) Il faudrait que quand Alassane parte, nous fassions une réconciliation entre nous. Qu’il n’y ait pas de nord, de sud, d’est, d’ouest. Qu’il y ait le peuple de Côte d’Ivoire. »

Qu’est-ce qui permet à l’ex-président de l’Assemblée nationale d’afficher une telle assurance quant au départ du pouvoir de l’actuel président de la République, candidat à sa propre succession ? Sur cette question, il a été très bavard, dans un discours accessible à tous.

« Alassane pensait que j’allais aller dans le sens du coup d’Etat (…) Je ne suis pas allé dans ce sens, je l’ai dribblé. Je suis allé dans le sens du droit, je l’ai battu de façon cinglante et à deux reprises. Sur le plan de la diplomatie, lui il est président, moi je suis chômeur. Mais la CEDEAO, on a divisé les présidents. J’ai des partisans parmi. Je lui ai arraché les Etats-Unis, il ne peut plus rien dire aux Etats-Unis. Ici à Paris, moi j’ai pris Macron, lui il a pris Le Drian. Au plan politique, je l’ai battu. Bédié, lui et moi on se parle tous les jours. Gbagbo, on se parle tous les jours. Affi, on se parle tous les jours. Amon Tanoh, on se parle tous les jours (…) Toute l’opposition est unie », a révélé Guillaume Kigbafori Soro.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.