Kim Jong; président de la Corée du Nord @ 45èNord

Corée du Nord – Coronavirus: “Pas un seul cas dans le pays”, déclare Kim Jong Un

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, a assuré samedi, lors d’un défilé militaire géant organisé à Pyongyang, qu’il n’y avait “pas une seule personne” atteinte de coronavirus dans son pays, alors que la pandémie a touché le monde entier.

Pyongyang a organisé un défilé géant à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs. Lors de ce défilé militaire géant organisé à Pyongyang, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a assuré samedi 10 octobre, qu’il n’y avait «pas une seule personne» atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier. Il a souhaité «une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux» du Covid-19, dans un discours retransmis par la télévision d’Etat.

La télévision d’État KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il Sung, qui doit son nom au fondateur du régime. Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d’habitude sur cette place.

Pas de médias étrangers

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n’a été invité cette année. Nombre d’ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d’observateurs étrangers est limité. Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu’elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les États-Unis, dans une impasse depuis plus d’un an.

Certains experts estiment que Pyongyang pourrait exhiber un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) ou un missile balistique intercontinental (ICBM) susceptible d’atteindre le territoire continental américain, voire un missile doté de multiples corps de rentrée qui permettrait ainsi de tromper les systèmes de défense américain. Fin décembre, le leader nord-coréen avait menacé de présenter une « nouvelle arme stratégique », mais certains experts pensent que Pyongyang n’a pas l’intention d’irriter la Maison-Blanche avant la présidentielle américaine. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.