Logo Civicus @ SIte internet

CIVICUS: le Bénin à nouveau indexé dans un rapport sur le recul des libertés


Le CIVICUS a cité, ce mardi 13 octobre 2020, le Bénin dans un rapport qui montre que les droits civils et politiques reculent en Afrique de l’Ouest avant les élections.

CIVICUS a lancé un rapport de 63 pages intitulé “Dégradation de l’espace civique avant les élections dans les pays francophones de l’Afrique de l’ouest” Études de cas : Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée, Niger et Togo/Octobre 2020. Ledit rapport renseigne sur un déclin rapide des libertés civiques et des normes démocratiques en Afrique de l’Ouest francophone.

Dans son rapport, CIVICUS dénonce que les présidents au pouvoir contournent les limites du mandat et musèlent leurs groupes d’opposition et pro-démocratie, avant les élections présidentielles en Guinée (18 octobre) et en Côte d’Ivoire ( 31 octobre).

Cas du Bénin, le Niger et le Togo

En effet, au cours des six prochains mois, une série d’élections aura lieu dans toute l’Afrique de l’Ouest francophone. “Le vote débutera en Guinée et en Côte d’Ivoire plus tard ce mois-ci, suivi des élections au Burkina Faso (novembre), au Niger (décembre-janvier) et au Bénin (avril). Le Togo a déjà eu une élection présidentielle contestée en février 2020”, rappelle CIVICUS.

Au Togo, en Guinée et en Côte d’Ivoire, la violence et les tensions politiques sont alimentées par le refus des présidents de démissionner. Au Bénin, des changements récents dans les conditions d’éligibilité signifient que les membres de l’opposition pourraient ne pas être en mesure de se présenter à la présidence, tandis que la Côte d’Ivoire, le Niger et le Burkina Faso sont confrontés ou sortent de conflits armés violents qui sont utilisés pour justifier des lois répressives et Stratégies. En outre, les restrictions introduites en réponse à la pandémie du COVID-19 et les groupes armés qui se répandent du Sahel vers le golfe de Guinée rendent les situations politiques plus volatiles.

Rapport CIVICUS 2020

A noter que le rapport a également évoqué les récentes perturbations d’Internet, l’arrestation de centaines d’activistes et de journalistes prodémocratie et le meurtre de dizaines de manifestants pacifiques lors de manifestations organisées au cours des trois dernières années.

2 commentaires
  1. AIZANNON dit

    Tout ça est vérifié mais il ne s’agit pas seulement de dénoncer, il faut agir vite et bien. Vive la démocratie et l’état de droit.

  2. Yaou1971 dit

    Ce qui est dommage, c’est que la communauté internationale est muette face à cette situation. Les chefs d’Etat dictateurs tuent leurs citoyens sans que personne n’intervienne. L’ONU, l’UA, la CEDEAO….etc. Ce monde, on ne le comprend plus. Où se trouve la dignité humaine? Des coups de force partout et silence radio des institutions internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.