Romuald Wadagni , Ministre Béninois de l'économie et des finances @ Présidence de la République

Bénin – Loi de finances 2020: le budget général de l’Etat adopté avec une hausse de 9,1%

Les députés de la 8ème législature ont voté à l’unanimité le projet de budget général de l’Etat, gestion 2020 remanié ce jeudi 15 octobre 2020.

Les députés de la 8ème législature étaient au Palais des gouverneurs à Porto-Novo le jeudi 15 octobre 2020 pour la 5ème session extraordinaire de 2020 consacrée à l’examen et au vote du projet de budget de l’État remanié 2020. Selon le site du gouvernement, au terme des travaux, les parlementaires ont “approuvé les grandes orientations retenues par le Gouvernement pour le budget 2020 remanié du fait de la Covid-19”.

En effet, le projet de budget général de l’Etat, gestion 2020 remanié en raison de la pandémie du Coronavirus a été examiné en procédure d’urgence par les parlementaires sous la houlette du Président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou. “La Commission des finances en charge dudit dossier, par le truchement de son Président, l’honorable Gérard GBENONCHI, s’est pliée en quatre pour mettre à la disposition de la représentation nationale son rapport qui a été soumis à l’étude en plénière quelques heures plus tardé”, a expliqué le gouvernement.

La même source clarifie que l’exécution budgétaire pour la gestion 2020 est appelée à se dérouler dans une conjoncture économique moins bonne que prévue en raison des impacts négatifs de la Covid-19 qui a secoué le monde au cours de cette année.

Un taux d’augmentation de 9,1%

Le Budget remanié de l’Etat pour la gestion 2020 s’équilibre selon le gouvernement en ressources et en charges à la somme de 2167,099 milliards de francs CFA contre 1986,910 milliards de FCFA, soit une hausse de 180,189 milliards de francs CFA, correspondant à un taux d’augmentation de 9,1%.

Malgré cette hausse, la politique économique sera conduite conformément au Plan National de Développement (PND2018-2025), au Programme de Croissance pour le Développement Durable (PC2D 2018-2025) et au Programme d’Actions du Gouvernement (PAG 2016-2021), avec un accent marqué sur son volet « renforcement des services sociaux de base et protection sociale ».

Nul doute qu’avec ses orientations, les secteurs prioritaires à eux seuls, cumulent plus de 70% du volume des crédits budgétaires alloués aux dépenses en capital. “Le taux de croissance ressortirait à 2,3% contre 7,6% initialement prévu dans un environnement d’inflation maîtrisé”, précise la même source.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.