L'ancien général et ex-Premier ministre Umaro Sissoco Embalo a été élu président de la Guinée-Bissau © Global News

Troisième mandat et mandat à vie: « l’Afrique ne devrait plus avoir affaire à des Mugabe», le président Bissau-Guinéen

Le président Bissau-guinéen Umaro Sissoco Embaló s’est à nouveau prononcé sur la question du troisième mandat et du mandat présidentiel à vie en Afrique. Avec le magazine Jeune Afrique, Sissoco a encore une fois mis l’accent sur ce le fait qu’il faudrait respecter la constitution des pays.

«Aucun président ne doit se penser irremplaçable, même si cela me fait de la peine de voir Mahamadou Issoufou (président du Niger) bientôt quitter le pouvoir. J’ai beaucoup d’estime pour lui. C’est un homme qui me sert d’exemple, surtout depuis qu’il a eu cette phrase pour justifier son renoncement à se représenter : « Nous sommes 22 millions de Nigériens, pourquoi aurais-je l’arrogance de croire que nul ne peut me remplacer ? », a expliqué Umaro Sissoco Embaló.

Alpha Condé et Alassane Ouattara sont tous sur la ligne de départ pour un troisième mandat dans leurs pays respectifs, la Guinée et la Côte d’Ivoire. Sur la question de ses deux homologues, Umaro Sissoco indique que sa position n’est pas une attaque contre eux. « Ce n’était pas le but (…) Ce sont mes homologues et j’ai beaucoup de respect pour eux. Mais je pense que nous devons respecter la Constitution. Et aussi qu’au-delà d’un certain âge, par exemple 80 ans, il est compliqué d’exercer le pouvoir », souligne-t-il.

Il conclut ses propos par un message fort en martelant que « l’Afrique ne devrait plus avoir affaire à des Mugabe. En France, le président est jeune, c’est aussi le cas des Premiers ministres espagnols, italiens ou autrichiens… Alors pourquoi pas en Afrique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.