Conférence de presse conjointe de Patrice Talon et Emmanuel Macron, à Paris, en mars 2018 @VOA Afrique

Restitution de biens culturels: Patrice Talon insatisfait du projet de loi en débat à Paris

La France s’active pour la restitution des biens culturels au Bénin et au Sénégal. A cet effet, un projet de loi est transmis à l’Assemblée nationale française depuis quelques jours. Mais ce texte ne comble pas les attentes du Président béninois, Patrice Talon.

Le projet de loi relatif à la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal, dont la première lecture est prévue pour le 6 octobre prochain, ne satisfait pas Patrice Talon. Il reconnaît qu’il y a eu des avancées depuis son plaidoyer à Paris; mais le texte proposé par le gouvernement français ne comble pas ses attentes. “Nous avons fait des petits pas dans ce sens, et j’en remercie les autorités françaises. Mais je ne suis pas satisfait du projet actuellement en débat à Paris”, a-t-il déclaré dans un entretien avec Jeune Afrique.

A lire aussi : Restitution de Biens Culturels volés par la France : 05 zones d’ombres soulevées par Marie-Cécile Zinsou

Pour Patrice Talon, ce que propose le projet de loi est un strict minimum face à la demande. “Ce que nous souhaitions, c’est une loi générale qui autorise l’exécutif à négocier avec nous une restitution globale sur la base d’un inventaire précis”, a-t-il indiqué.

Discuté dans un esprit gagnant-gagnant

Le Président béninois estime que le vote d’une loi générale et l’inventaire vont créer un cadre de discutions, où chaque partie pourra défendre ses intérêts. Dans ce cadre de discutions, les réflexions porteront sur “ce qui va à l’un et à l’autre, des expositions communes, des originaux et des copies”. Pour Patrice Talon, il s’agira là, d’une dynamique de coopération, préférable aux actions en justice.

A lire aussi : Restitution de biens culturels: liste des 26 œuvres d’art attendues au Bénin

Pour rappel, la restitution de biens culturels à certains pays africains, dont le Bénin, a commencé à prendre corps, suite à un plaidoyer de Patrice Talon. Il en a fait la demande lors d’une visite à Paris, où il a participé à la Conférence internationale sur la Circulation des biens culturels et patrimoine en partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.